Sony vous espionne, Sony est un pirate informatique officiel !

Publié le par borneo

Sony vous espionne, Sony est un pirate informatique officiel !

Les logiciels peer to peer, le P2P, existent depuis relativement longtemps mais sont d'un vaste usage depuis cinq ans environ. Ils n'ont pas outrageusement affectés l'industrie du disque. Si les ventes des CD ont effectivement baissées, mais pas au-delà de la baisse du à l'obscolescence du support (nous écoutons aujourd'hui la musique à partir de DVD, dont les ventes ont explosés, de balladeurs numériques (clefs USB), de compilations MP3 réalisées sur CD enregistrable), le chiffre d'affaire global de cette industrie se porte bien.
Toutes les enquêtes marketing le montrent l'utilisateur du P2P est aussi celui qui achéte légalement le plus de musique.

Pourtant, le Législateur et les tribunaux repriment sévérement un usage qui devrait cependant être un droit du consommateur. On peut preter en toute légalité un livre que l'on a acquis, on se voit refuser de le faire pour une oeuvre musicale au motif que celle-ci n'a pas de réel support matériel. Par exemple, j'ai téléchargé une partie, une faible partie de ma collection de 33 tours. Pour une raison simple, je ne trouve plus de diamant adaptable à ma platine. On voit bien par là combien, il est impératif de réaliser des copies de sauvegarde dés l'achat réalisé.

Les éditeurs de Musique ont obtenu cependant des priviléges exhorbitants de la part de nos gouvernants. Ainsi, ils percoivent des taxes sur tous les supports numérique: disques durs, memoires flash, CD vierges.
Chaque fois que je telécharge gratuitement une version de Linux et que je la grave sur un CD, un
type qui n'a rien à voir avec le developpement de cet OS percoit indument mais légalement sa dime.

Chaque fois que je sauve le contenu de ce blog et que je le grave sur un CD ou le sauve sur mon disque dur, là encore je verse un Octroi destiné à assurer à quelques detrousseurs patentés une rente taillée sur mesure.

Nos politiciens aiment bien parader au coté de quelques stars du show biz et celà valait bien
de leur accorder ce droit de nous piquer quelques sous supplémentaires.

Croyez vous qu'ils s'en seraient contentés ?

Et bien NON. l'exemple des pratiques ahurissantes de Sony le prouve.

Cet éditeur utilise pour protéger ses droits des logiciels anti-pirate. Mais sans vous en avertir, et sans vous permettre de désinstaller ces logiciels. Plus grave, il apparait qu'ils rendent nos données personnelles à la merci de qui veut bien s'en emparer.

Deux d'entre eux ont ainsi été dénoncés sur le Net ces jours-çi. Le premier est un Root Kit du nom de First4Internet XCP copy protection. Il rend invisible, indetectable par les anti virus un certain nombre de fichiers, notamment ceux permettants d'acceder à votre lecteur de CD.
 Déjà des exploits de pirates exploitent cette porte ouverte sur nos données. Sony ne fournit pas de
procédure de désinstallation sans que vous ne lui fournissiez la totalité de vos coordonnées et e-mail. Pire le désinstalleur ouvre de nouvelles bréches !

Le second peut-être considéré comme pire. En effet, contrairement à l'accord de licence, il installe un véritable logiciel espion qui communique à Sony par le Net nos coordonnées personnelles et tous nos faits et gestes. Ici Sony se comporte en Pirate et Hackers. Encore plus époustouflant, si au moment de l'installation du CD, vous refusez l'accord de licence, le logiciel a déjà installé plus d'une vingtaine de fichiers espions en violation de votre refus.

La encore, vos données sont mises à la discrétion des malveillants de l'internet.

Sommé de s'expliquer, Sony l'a pris de haut, sur le théme ( je grossis à peine): la plupart de nos clients sont trops cons pour s'en offusquer ou s'en rendre compte.

Il est probable que tous les matériels SONY, lecteurs digitaux de musique, caméras, appareils photos, lecteurs de DVD ROM accompagnés de logiciels sont suceptibles de s'approprier nos ordinateurs au profit de cette multinationale un jour ou l'autre.

Il est temps de revendre sur E-Bay ces matériels aux GOGOS, les députés ou les juges par exemple, qui pensent qu'une multinationale a toujours raison à l'encontre de ses clients et déboutent allégrement les consommateurs qui présentent devant eux leurs doléances.

Plus de détails (en anglais) sur
http://www.sysinternals.com/blog/2005/10/sony-rootkits-and-digital-rights.html
http://www.sysinternals.com/blog/2005/11/more-on-sony-dangerous-decloaking.html
et sur http://www.freedom-to-tinker.com/
toujours en anglais quelques commentaires sur Groklaw
http://www.groklaw.net/article.php?story=20051115001431715


Publié dans mondialisation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article