Libération et les archives payantes

Publié le par bornéo

Archives payantes !

La presse est en crise, tout au moins en France, les événements récents à
Libération viennent encore de le prouver. Un plan de redressement accompagné
de 50 licenciements est mis en oeuvre pour tenter de renouer avec l'équilibre
financier.

Une conséquence de ce plan sera de réserver aux seuls abonnés une partie de
l'accés au site libération.fr

Il est parfaitement légitime pour ce journal de tenter de trouver un modéle
économique fiable.

Cependant, nous nous heurtons depuis longtemps au phénoméne de l'accés
verrouillé pour les archives. Les journalistes ont d'ailleurs été à l'origine
de ce phénomène en exigeant "leur part légitime de droits d'auteurs". Celà a
travers quelques mouvements de gréves sévéres.

Comme il est évident qu'en tant que blogeur souvent occasionel je ne vais pas
aller débourser mes précieux euros pour aller à la pêche d'une information qui
ne figure sans doute pas là ou je la cherche, c'est finalement sur le site
perso d'un gentil citoyen blogeur, le cours en ligne d'un prof quebequois,
pourquoi pas, ou en version anglaise sur un site US, que ma recherche aboutira
aprés quelques consultations de Google ou de Technorati.

Souvent, un blog d'actualité comme celui-çi s'appuie sur un article de presse,
et comme beaucoup d'autres je crée un lien vers la source, le journal qui a
publié l'article. Cependant, il convient de remarquer qu'en dehors de quelques
opinions et éditoriaux, la plupart de ces informations ne sont en réalité que
la reprise a peine modifiée, dans le sens d'un coup de ciseau trés
professionnel appliqué à une dépêche d'agence.

La stricte même information parait donc souvent de maniére quasi identique sous
deux, trois bandeaux différents, le Figaro, le nouvel Obs, Libération.

Dans ce cas, le choix du lien vers la source est quasiment un choix politique,
celui d'envoyer le lecteur plûtot vers tel ou tel organe de presse.

Mais une ou deux semaines aprés, l'article ayant été versé dans le régime des
archives payantes le lien devient inopérant.

De plus en choisisant Yahoo news ou Google News, ces mêmes informations
demeurent sensiblement plus longtemps accéssibles.

C'est pourquoi j'ai décidé de limiter au maximum dés a présent les liens
conduisant vers des organes de Presse.

Ce mouvement de l'accés réservé à l'information me semble conduire à la
disparition douce de la presse en tant que média d'influence. c'est une
tendance qui prendra sans doute du temps, mais à terme, le journaliste n'aura
comme interlocuteur que l'étudiant de sciences PO et les professionels de la
politique que sont les parlementaires et élus territoriaux. Et ceux ci n'auront
pour eux aucune indulgence car ayant perdu tout crédit auprés du citoyen de
base, ils ne représenteront en réalité qu'une classe spécifique
d'apparachiks.

Les éléctions européennes ont d'ailleurs soulignées ce sentiment des électeurs.

L'information comme la Justice devrait être considéré comme un droit
inaliénable, non limité dans le temps. Celà passe par l'adoption d'une licence
libre pour les textes publiés comme la creative commons.

Certes ayant dit celà, je ne propose aucune solution à la crise économique que
traverse le journal Libération, mais assurément c'est la condition de sa survie
à long terme en tant qu'organe de pensée et de réflexion d'influence.





Publié dans Politique france

Commenter cet article