Dette il n'y aura pas de sujets tabous

Publié le par borneo



 Le rapport Pebereau sur le montant de la dette 1 100 milliards d'euros, abstraction faite du service de la retraite des fonctionnaires était annoncé : il ne déçoit pas.
 
Le Figaro nous apprend que le théme sera central lors de l'élection présidentielle de 2007. Le planning annoncé par Dominique de Villepin faisant de Juin 2006, le rendez vous du plan national présenté par son gouvernement pour la résorbtion de la dette, demontre que le sujet ne pourra être évité par aucun des candidats.

C'est en réalité une grenade à fragmentation. Certes, on peut affirmer que la gauche dans ce contexte aura du mal à défendre la renationalisation d'EDF, avec quel argent ?, ou le recrutement de nouveaux fonctionnaires, ou le retour aux 35 heures ( 28 h pour de nombreuses catégories de fonctionnaires ou assimilés: profs, conducteurs de train de la SNCF hors temps de gréve).

Mais comment ce gouvernement, et les candidats qui y figurent, expliquera-t-il la politique menée depuis 2002 sous l'impulsion éclairée du Président Chirac ? Les baisses d'impôt ciblées vers les catégories sociales privilégiées, la promesse de la tva à 5.5% en faveur de la restauration, secteur de petits patrons favorables politiquement à la majorité de droite.

C'est donc que l'heure de vérité est arrivée. Il n'y aura assurément pas de sujets tabous. Surtout avec des challengers comme Sarkosy, Villepin, et Kouchner qui ont remisés leur parler politiquement correcte aux oubliettes.

En attendant, on nous indique des statistiques de la demande d'emploi favorables. Je doute fort qu'elles ne soient autre chose que le résultat de nouvelles et traditionnelles manipulations.

En effet, l'année 2005 enregistre un Record de défaillances d'entreprises !

Quelque part, il y a un os.
 
 

Publié dans Politique france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JFdP 16/12/2005 00:34

Je ne rate pas un seul de tes articles, que je trouve dans leur grande majorité passionnant. Je t'avoue avoir du mal - il faut bien m'y résoudre - à te coller une étiquette politique. J'en suis arrivé à la conclusion que tu n'en avais pas, mais tu es un bon observateur de la vie publique. Parfois centre droit, parfois centre gauche; toujours cynique et réaliste! Quel est ton métier? Est-ce déplacé de te le demander? En ce qui me concerne, (qui est paranoïaque concernant la discrétion de ma vie privée) c'est la toute première fois que je pose cette question à un internaute! Je comprendrais parfaitement que tu souhaites t'en tenir à des relations courtoises, mais ma curiosité...
Très cordialement.