Sarkosy Bruni ou le marketing multi niveaux

Publié le par borneo

Il y a encore des observateurs pour épiloguer sur le programme de civilisation que Nicolas Sarkosy a inclut dans ses voeux de nouvel an.

La conférence de presse qu'il vient de nous servir ne doit laisser aucune illusion, la partie de la bibliothéque que le président a éventuellement exploré n'est point celle ou l'on range les oeuvres des sociologues et autres philosophes. Mais largement celle des as du marketing, vous savez ces ouvrages qu'affectionnent les américains dit de self help et que les chaines de télévision recyclent parfois en titre de leurs émissions tel que "comment gagner des millions".
 

On a parlé a propos du président de son intérét pour l'église de scientologie,et c'est vrai que le fond de commerce de cette secte est le challenge personnel. On imagine bien le petit Nicolas pratiquant dans sa jeunesse l'auto-hypnotisme devant une bougie en répétant, je serais président. Le pire c'est qu'il y est parvenu.

 mais c'est d'un autre côté qu'il faut regarder, le marketing de foules, tel que le pratiquait le défunt groupement européen des professionels du marketing.

Certes ce public précis de journalistes professionels semble prendre ses distances et le président a marqué à l'occasion quelques agacements, mais au final comment ne pas retrouver dans la prestation les principaux "trucs" des bateleurs de la vente multi-niveau.

Qui a eu la chance de se glisser dans une conférence de ce groupement témoignerait combien les techniques sont similaires.

En premier lieu, la façon dont le président parle de lui jusqu'à l'ecoeurement. Pendant des heures, les conférenciers de ces sociétés abreuvent la foule de leurs réussites, de la belle maison qu'ils ont pu se payer, du plaisir de passer une soirée avec des amis au bord de leur piscine, du bonheur de pouvoir offrir une belle robe à leurs manifiques épouses. C'est la description du paradis dans ce monde matérialiste, bonheur qu'ils acceptent de partager en toute sincérité.
C'est le temps du "JE". Moi, votre chef, votre berger, je vais vous conduire vers les paturages éternels

La sincérité, c'est l'argument de vente unique et permanent du président: je ne vous cache rien, je suis heureux de voyager en jet privé, d'aller diner au chandelles avec ma fiancé, qui peut me le reprocher ? N'avez vous pas envie de faire de même ?

De cette sincérité nait la déculpabilisation. J'assume mon bonheur, ce que j'ai fait vous l'auriez fait, donc vous me ressemblez et vous aussi pouvez prétendre à une réussite comme la mienne.

Ce fut parfaitement manifeste lorsque fut évoqué le télégramme de félicitations adréssé à Poutine. Un, je ne le cache pas, deux, il a gagné, et je suis du côté des vainqueurs, il n'y a donc que les hypocrites qui peuvent trouver à redire.

Ces techniques sont aussi trés utilisées par les missionnaires des diverses sectes évangéliques. Et bien évidemment, une opposition est constamment faite entre les infidéles, les incroyants et ceux qui acceptent la bonne parole.

Le président s'en est pris constamment à ceux qui ont la critique facile, parce qu'ils sont à l'abri, et bien qu'il n'est plus d'opposition constituée à dénoncer, le journaliste Laurent Joffrin (Poutine soft) qui venait de commettre un éditorial trés pertinent la veille à pu servir de mouton noir.

Celà permet bien évidemment de répondre constamment à côté de la question. et de contourner tout obstacle.

Prenez l'exemple de la couverture médiatique excessive dont bénéficie le Président, vous l'avez compris, c'est la faute des journalistes et non de la mise en scéne de cette liaison de complaisance qui n'est pas sans rappeler l'épisode Jackie et John Kennedy que la 5 venait bien à propos de nous rappeler dimanche soir.

Ainsi aussi de l'incroyable toupet du président pour dénoncer le silence des médias sur les multiples familles de ces prédécesseurs transportées au frais de la République, Car la bonne question aurait du concerner l'indépendance de ces médias, dont deux groupes allaient enregistrer une hausse de quelques 5% en bourse à l'issu de la conférence.

L'asphixie financiére du service public venait en effet d'être annoncée, sans doute suivi de la privatisation du fleuron de celui-ci. En faveur de Berlusconi ou Murdoch ?

Voyons encore l'évocation de l'évaluation de l'action des ministres. Là encore l'argument de sincérité est avancé, suivi de cette question quel vilain pourrait trouver à y redire ? Parce qu'il s'agit d'un cabinet privé ?
Et bien oui, l'Etat dispose d'une institution à nulle autre pareille: la cour des comptes, dont les conseillers sont trés sollicités justement par le secteur privé. Et celle-çi, dotée de moyens conséquents est tout à fait en mesure de remplir au mieux ce contrôle.
Sans encore une fois oublier le rôle du parlement, dont le président vante l'indépendance, aux Etats-Unis !

Disons le tout net, jamais Nicolas Sarkosy ne s'est mis en danger dans toute sa carriére. Sa communication est contrôlé de bout en bout d'une conférence de presse ou le journaliste ne peut intervenir en retour, à des interventions télévisés aux faire valoir soigneusement choisie, comme Arlette Chabot. Il a longtemps tenté d'éviter l'émission de Jean jacques Bourdin, et c'est la seule fois ou il aura affronté un interlocuteur un peu pugnace, hormis Michel Onffray.

C'est en effet l'une des recettes du Marketing multi niveau, ne jamais laisser le doute s'installer, reprendre encore et encore le leit-motiv maison.

Ici, ce fut encore le travailler plus pour gagner plus.

Nous devons comprendre que le président a étouffé le politique, il a tracé une nouvelle ligne de fracture, qui oppose désormais ceux qui pensent "positif" au sens du président, ceux qui en veulent, ceux qui se battent et les autres.

Comme dans le marketing pyramidal, le sommet est l'exemple supréme, tandis que les chefs de réseaux viennent témoigner de leurs efforts personnels pour se rapprocher du modéle. Et le président ne pouvait pas se permettre de présenter autre chose que l'image d'un parfait bonheur reconstruit en moins de deux mois, merçi Séguéla.

 Quand l'une des conséquences est effectivement de faire une place à la diversité, on ne peux qu'applaudir, mais dans la vente multi niveau, on sait désormais que seul le niveau supérieur est en mesure de tirer un réel profit.

L'entreprise de marketing multi niveau du président Sarkosy ne cache d'ailleurs pas l'identité des gros bénéficiaires: toujours la sincérité, on vous le dit, c'est le moteur.    

Ceci nous raméne au portrait "psychologique" de notre président, un self help, self-made man ayant le sentiment de ne rien devoir ou pas grand chose a personne et que ceux qui l'entourent lui doivent tout. Dans, une confidence faite à Karl Zero dans la video que celui-ci lui avait consacré, il s'était allé à avouer son sentiment :"tous des cons!, s'ils s'avaient", sous entendu ce que je pense vraiment d'eux.

Ces braves gens qui pratiquent ainsi la methode Coué de la "réussite", qui recherche la voie de "l'or" philosophale dans la seule expanssion de leur moi, réalise en vérité un exploit, la marche à pas accélérés vers la "folie". Et ce n'est pas autrement que m'apparait notre président.


PS: Deux editos de qualité la même semaine, ne boudons pas notre plaisir, voyez donc celui de Jacques Juillard


  

Publié dans Nicolas Sarkosy UMP

Commenter cet article