Mègalo 1er, grand protecteur de la Constitution

Publié le par borneo

lettres_cachet.jpg
Le Conseil Constitutionnel  ayant  partiellement  invalidé  la loi de  rétention  administrative,  des délinquants  à caractére  sexuel  ayant  accomplis  leurs peines,  le Président  entre  deux injures  adressées  à quelques  citoyens  ayant refusés  de lui serrer  la paluche (dont le désormais célébre casse toi, pauvre con !  au salon de l'agriculture) ,  s'est  tourné  vers la cour de cassation pour s'enquérir des moyens éventuels de contourner la Constitution !


Megalo  1er  considére  la décision des sages  comme une limite intolérable à son dèsir souverain, l'avocat qu'il est pourtant ne peut ignorer le principe qu' a souligné le conseil à savoir la non-retro activité des lois. Celle-ci donc ne pourra s'appliquer qu'aprés promulgation et concernera des condamnés à l'échéance de leurs peines, au plus tôt dans quinze ans. Ce qui laisse le temps aux prochaines législatures  d'abroger éventuellement  la disposition nouvelle  des lettres de cachet !



Publié dans Nicolas Sarkosy UMP

Commenter cet article