Vers la création de 27 guantanamos européens.

Publié le par borneo

bedinacellbythe-queen-of-subtle-CC_by_nc_flickr.jpg


lit de rétention, modéle famillial humain européen ?

cell in bed by the queen of subtle CC by NC flickr









Le titre de cette note est une outrance, je l'admets bien volontiers, mais que dire de la directive européenne que s'apprêtent à adopter selon le procesus de codécision nouveau, le conseil des ministres et le parlement européen ?
Que n'ais je tant vécu pour connaître une telle infamie, et porter le rouge au front le nom d'un blog qui fait honte !

Nous sommes sur la voie, nous peuple européens chantres des droits de l'homme d'approuver la rétention administrative des étrangers en situation irrégulière d' une durée de 18 mois.
Comme le dit si bien notre président dans une interview au Figaro: La rétention de sûreté (celle-là concerne les délinquants sexuels dangeureux), cette nouveauté dans l'univers juridique français (....) n'est-elle pas une politique qui rompe avec tant d'années de laxisme ?
Il est vrai que les années Bush, aurons permis une nouvelle approche dans la patrie de Benjamin Franklin de la norme humanitaire qui commence comme on le voit à s'exporter au large.

J'insiste rétention pas prison ? Quelle différence me direz vous ? La rétention arbitraire est voyez vous conforme à la Constitution du pays de la Révolution et de l'abolition de l'absolutisme. La rétention arbitraire des étrangers, notez le, n'est pratiqué sur notre territoire que pour une durée d'un mois, celle-çi dorénavant pourra être porter à discrétion jusqu'à concurrence de dix huit mois.

Car voyez vous, Monsieur Gilles Savary député européen socialiste que j'ai alerté immédiattement, (suite à cette information et le texte d'une pétition qu'a fait passer "vieux singe" sur son blog, il convient de citer chacun des maillons courageux de cette chaine), me précise ce qui suit par retour de courrier :

"Ce projet de directive a déjà fait l'objet d'un rapport rédigé par le député PPE allemand Monsieur Manfred WEBER et a été adopté le 12 septembre dernier par la Commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures."
Au fil des négociations et suite à ce vote, nous avons obtenu des avancées conséquentes sur les garanties apportées aux personnes retenues dans les Etats membres européens. Il était en effet crucial de renforcer le volet humain de la proposition de la Commission européenne par rapport à son volet répressif, et plusieurs points importants montrent que nous y sommes parvenus:

- les expulsions collectives sont interdites ;
- le respect du principe de non-refoulement est rappelé ;
- contrairement à la proposition initiale qui envisageait de renvoyer les ressortissants de pays tiers vers n'importe quel pays tiers, nous avons obtenu que cela soit limité --au pays d'origine ou à un Etat de transit dans lequel le ressortissant de pays tiers a des liens solidement établis ;
- la situation des ressortissants de pays tiers faisant l'objet d'une procédure d'expulsion sera examinée au cas par cas, en tenant compte de critères individuels et objectifs ;
- les mineurs non accompagnés ne pourront pas être expulsés ;
- l'intérêt supérieur de l'enfant devra être pris en compte à tous les stades de la procédure;
- la priorité est donnée au retour volontaire, avec un délai de 4 semaines au moins ;
- l'interdiction de réadmission n'est pas systématique et est révisable ;
- une définition précise du risque de fuite est introduite pour éviter tout abus de cette notion permettant le placement en rétention ;
des voies de recours sont prévues ;
- une révision par un juge de la situation en rétention est prévue dans les 48 heures suivant l'arrivée en centre de rétention, puis au moins une fois par mois;
- les ONG ont accès librement aux centres de rétention et peuvent porter assistance aux personnes retenues ;
- les personnes gravement malades ne pourront pas être renvoyées vers des pays où elles ne pourraient pas recevoir de soins...

Nous n'avons cependant pas pu modifier de façon satisfaisante la durée de rétention : nous avons voté pour une durée maximale de 3 mois mais la durée maximale retenue est finalement de 18 mois.

 Il est clair qu'au regard du système français - 32 jours maximum - la durée de rétention retenue est parfaitement inacceptable, même si la directive n'empêche pas les Etats membres ayant des dispositions plus favorables de les conserver. Cette durée peut être cependant vue comme une permission donnée pour augmenter la durée de rétention, sous prétexte de rendre les expulsions plus efficaces.

Nous continuons donc à être vigilants d'autant plus que le vote en session plénière aura lieu prochainement.

Nous considérons également que nous devons poursuivre nos efforts en participant pleinement aux discussions en cours et en travaillant pour changer ce texte qui, par ailleurs, offrirait de réelles garanties pour les personnes expulsables dans tous les Etats membres de l'Union européenne.

Il est aussi très important de savoir que s'il n'y a pas de Directive, ce sont les Etats membres qui continueront à appliquer leurs propres règles."


fin du mail du député qui me joint le texte complet du projet de directives.


        C'est accablant, je suis accablé: relisez avec moi : Il était en effet crucial de renforcer le volet humain de la proposition de la Commission européenne par rapport à son volet répressif, et plusieurs points importants montrent que nous y sommes parvenus.... écrit le parlementaire car voyez vous: l'interdiction de réadmission n'est pas systématique et est révisable....les personnes gravement malades ne pourront pas être renvoyées vers des pays où elles ne pourraient pas recevoir de soins...en définitve ce texte qui, par ailleurs, offrirait de réelles garanties pour les personnes expulsables dans tous les Etats membres de l'Union européenne....
et ceci encore:
 

Il est aussi très important de savoir que s'il n'y a pas de Directive, ce sont les Etats membres qui continueront à appliquer leurs propres règles.



OUI, nos socialistes semblent hélas s'en accomoder pas trop mal.

Celà sent l'adoption par désertion. Le texte voté en catimini un soir de retransmission Olympique ou de match de l'EURO

Car nos élus, dans leur magnanimité semblent se contenter de quelques garde fous, ainsi pas d'enfants dans les camps, séparés de leurs parents, ils pourront fréquenter un orphelinat adjacent tout au moins jusqu'à la fin de leur scolarité ou de l'année scolaire, ce point semble toutefois en débat! Pas de retour forcée de jeunes africaines contraintes à la prostitution sidaîques en phase terminale, quoique si le pays dispose d'un centre de soins...
Les expulsions collectives sont par ailleurs bannies, doit-on en remercier la shoah ?

  Enfin, à défaut d'un avocat (lire les témoignages), les rétendus pourront avoir accés aux ONG et bénéficierons de l'attention d'un juge tous les mois.

Alors voyons, avec 32 jours de rétention en vigueur dans notre belle contrée ce sont déjà environ 30 000 retenus en Europe qui dorment en camps chaque soir, demain nous pouvons imaginer la population d'une Ville comme Rennes d'internés dans cette Europe des libertés. Et si vous ne pouvez vous appitoyer que sur votre propre sort de jouflus bien portant, imaginez les cris si 200 000 européens étaient ainsi parqués en terre d'Afrique ou d'Amérique latine en attente d'évacuation !

        Honte ! Mille fois Honte ! Citoyens, écrivez, interpellez vos députés européens. Ne les laissons pas en paix ! Ne les laissons pas donner la bénédiction européenne à des législations en dérive partout.

Maitre Eolas avait fait le point, avant l'arrivée du Président anti-laxisme sur le droit des étrangers (suivre les articles à partir de l'agenda.)

Pour en savoir plus:

indispensable la cimade 

l'europe des camps est en marche

le journal des sans papiers


ces articles  de kaaloosphére  et  sur microfascisme


ma  contre proposition :

qu'aucun  internement  d'aucune  sorte  ne soit autorisé  dans les pays qui  ne seraient  pas en mesure  de proposer une alternative  de liberté  soit par une garantie de parainage soit assortie  éventuellement  du  port d'un bracelet GPS. Afin de permettre à l'étranger d'organiser sa défense de manière libre devant le juge ou de trouver un employeur, cas qui devrait suffire à lui seul à annuler toute reconduite à la frontière !
Les rétentions éventuelles ne devraient concerner que les seules personnes dissimulant leurs identités. Celà aurait pour effet de désengorger les services de police et bureaux consulaires, cette mesure dissuadérait les illégaux de se débarasser de leurs papiers en cas d'arrestation.
Ils auraient au contraire soin de se munir de toutes les preuves possibles d'identité afin de bénéficier de cette garantie de recours en toute liberté.

La Chine  qui pratique massivement  l'immigration intérieure connait un taux de croissance de  8%.  Dans ce temps  là, nos pays  s'enfoncent dans la crise et dans 25  ans, l'Allemagne  devrait avoir perdu  plus de 5 millions d'habitants,  suite à une démographie déclinante.

On marche  sur la tête !  Si  la notion de droits de  l'homme  ne suffit à convaincre  nos députés  de  l'ignoble  de  leurs  décisions, qu'ils prennent au  moins  les intéréts  purement économiques en considération.

Commenter cet article