De la Serbie, de la tradition chrétienne de l'Europe et de l'égalité universelle des droits

Publié le par borneo

blueprint-of-history-CC-by-Ljubisa-Bojiic_flickr.jpgOld Serbian monument. The complex of Pec monasteries in Kosovo and Metohia province. Photo by Milan. licence CC by flickr

Galerie de Ljubisa Bojic



Quand on ampute son Histoire, on finit par amputer son territoire. C'est la leçon que nous pouvons avancer des événements ayant afectés les Balkans.

Qu'il est bon de ne pas être serbe !

La nation serbe est en pétard contre l'Europe qui vient majoritairement mais pas unanimement de reconnaitre l'indépendance du Kosovo.
Il est à noter que parmi ceux qui sont rétifs, peu le sont en fonction des arguments serbes, mais plutôt en considération de situations intérieures. L'Espagne redoute ainsi un précédent qui légitimerait demain une indépendance catalane ou basque.
On remarque cependant que le candidat "européen" à la présidentielle serbe l'a emporté contre son opposant ultra nationaliste et malgré la motion de "défiance" que l'ancien président nationaliste mais "démocrate" Kostunica lui avait manifestée.
C'est dire combien le peuple serbe reste dubitatif sur le Bilan d'une politique
fondée sur l'apostole nationale.


Qu'il est bon en effet de ne pas être serbe par les temps qui courent, qu'il est bon de ne pas être abreuver de rappel à la bataille perdu de kosovo Polje contre les Ottomans le 28 Juin 1389 qui marque la fin de l'indépendance serbe.

Car les histoires que se racontent les peuples, ou plutôt celles qu'il plait à leurs princes de leur raconter n'ont bien souvent que peu de rapport avec les événements réels.

Quiconque se penche sur l'Histoire des Balkans et ce fut un exercice obligé dans toutes les chancelleries durant le derniére décénnie en attrape vite le tournis



Maurice Lombard dans l'ouvrage "l'islam dans sa premiére grandeur" écrit : "on a souligné la faiblesse des effectifs des contingents syriens et du peuplement berbére dans l'Espagne musulmane du Xeme siécle. Comment expliquer la facilité et la rapidité d'une conquête effectuée par un si petit nombre de conquérants ?"

La question demeure pertinente lorsqu'on interroge la chute du Royaume serbe devant l'avance Ottomane. Et c'est cette  question centrale a laquelle la Serbie a négligée de répondre qui est sans doute la cause de ses malheurs actuels.



L'Histoire serbe nous raconte la naissance d'une nation, puis d'un empire à travers la conversion au christianisme d'abord romain puis byzantin dont les princes deviendront les protecteurs.

Et déjà nous tenons là quelques falsifications. En premier lieu, les slaves comme les gaulois ou les populations barbares de l'est vivaient selon un lien social dont l'unité est la tribu. Ainsi Vercingétorix n'est-il pas le roi de gaule mais un chef militaire élu. Les tribus se rassemblent pour la guerre, élisent un chef et accompagnent le plus souvent la marche militaire.
 Constantinople installera ainsi plus de 30 000 slaves "serbes" dans ces termes, c'est à dire des tribus qui fourniront les soldats.
La deuxiéme observation est qu'à l'instar de tous les peuples arrivés par l'Est, les slaves ont rencontrés plus les communautés influencés par la vision gnostique que le christianisme officiel. Pourchassées par Constantinople, les églises ou communautés dualistes ont trouvés refuge aux marges de l'Empire. Ainsi, les wisigoths sont ariens quand ils pénétrent dans Rome. L'esprit gnostique ne semble jamais disparaitre puisque si aucune parenté ne peut-être établis entre l'aryanisme et les cathares, c'est cette même terre que se montrera favorables à ces idées.

Mais les serbes lorsqu'ils évoquent l'histoire nationale font-ils vraiment référence au passé slave ? Wikipedia nous apprend que ceux-ci n'entrérent sur le territoire qu'autour du 7eme siécle. Auparavant le peuplement fut Illyrien dont la langue aurait été parlé et je recopie wikipedia sur des territoire corespondant à l'Albanie, le kosovo, le monte-negro et la macédoine. Peuplement Celte aussi et l'empereur Constantin est originaire de la région, tout en ayant été commandant des légions stationnées en (grande) Bretagne.


Toute l'histoire serbe nous montre une profonde division entre la conception impériale du christianisme qu'adopte l'aristocratie, et celle du peuple paysan, ainsi que les communautés marchandes des villes pour lesquelles comme l'enseigne le Bogomilisme les rois sur terre ne peuvent servir que le Dieu matériel.

Les territoires "bogomiles" (héritiers des pauliciens?)ou sous l'influence des hérésies gnostiques recouvrent curieusement les portions musulmanes de la Bosnie et de la Serbie. Pourtant quand l'armée ottomane se présente, les hérésies ont officiellement été éradiqués depuis longtemps. En Serbie, elle fut si cruellement décimée par de dures persécutions au début du XIII siécle qu'elle ne représenta plus rien en tant que mouvement socio-religieux. (Martin Erbstösser: les hérétiques au moyen âge).

Nous voilà donc devant une aristocratie en cheville avec Constantinople, Celto-slave ?
A la même époque en "France", cependant les Celtes, certaine  tribus gauloises  demeurés aux portes des villes romanisées se retrouvent affectés à l'agriculture ou aux mines ce qui dénote une condition proche de celle des esclaves.

Pour faire court et il faut faire court sur un blog, Wikipedia nous permet de deviner que l'ottoman n'a pas de mal à rallier à lui certaines des populations locales. Et
Au terme de la bataille du kosovo nous indique la version anglaise Bayezid forme une alliance avec le fils Stefan du rois serbe Lazar tombé au combat et prend comme épouse la soeur de Stefan.

Ainsi 7 ans plus tard, nous dit wikipedia :"" La Bataille de Nicopolis eut lieu le 25 septembre 1396 (certains la datent du 28) sur la rive droite (sud) du Danube (aujourd'hui Nikopol en Bulgarie). Le Sultan ottoman Bayezid Ier ("Bajazet" en français, fils de Mourad Ier) et le Prince Stefan Lazarevic de Serbie défirent une croisade d'ampleur sans précédent menée par Sigismond de Luxembourg, Roi de Hongrie.
 


wikipedia nous indique encore que : A l'annonce de l'arrivée des troupes ottomanes, les Croisés, pour des raisons ignorées à ce jour, décident d'exécuter les 1.000 habitants de Rachova qu'ils gardaient en otage depuis la prise de cette cité.

 On peut imaginer, j'imagine que les croisés se trouvaient alors en Serbie en terre hostile et que certains massacres attribués aux ottomans soient le fait de vengeances locales des populations opprimées jusqu'alors par le systéme féodal.
 
l'Empire Ottoman applique en effet les recettes de ces prédécésseurs que nous indiquait Lombard :"pas de persécutions, pas de conversions forcée. La seule exigence manifestée par les vainqueurs est d'ordre fiscal: un traité de capitulation en bonne et due forme passée avec les autorités religieuses garantit, en échange de la lévée des impôts par les notables des différentes communautés la liberté du culte et la poursuite de l'activité économique".

Les seigneurs, princes du moyen age sont des chefs militaires essentiellement mercenaires, il est donc illusoire de faire reposer sur leurs épaules l'esprit d'une nation.

Mais la tragédie contemporaine nous présente une toute autre facette de l'Histoire, celle de la renaissance des nationalismes européens mais aussi arabe et turque. Elle accompagne l'implosion assistée des grands empires multi ethniques, empire ottoman, empire Austro hongrois
Paradoxalement, cette idée nationale prend forme avec la Révolution française qui substitue à la notion du royaume composée de province aux traditions et coutumes trés diverses et de peuples aux priviléges différents qui forment les sujets du roi, une nation homogéne aux lois universelles composées de citoyens libres et égaux en droit.

 Partout le débat porte  sur la possibilité d'accorder cette égalité de droit à un étranger, un esclave ou un citoyen qui n'utilise pas la même langue que la LOI. ou qui professe une religion différente de celle qui l'inspire.

La France coloniale répondra par la négative.

 Les deux candidats démocrates aux Etats Unis viennent de s'affronter pour savoir a qui attribuer la paternité de l'égalité des droits des noirs américains au président Johnson ou à l'action de Martin Luther King !

ce combat pour l' égalité des droits des africains américains auxquels de nombreux juifs américains ont participés
 
  
 Les soutiens de la cause nationaliste Serbe en France le réseau Voltaire, Les nationalistes autour de Le Dantec nous démontrent combien les  nationalistes
serbes  ont fourvoyés  ce peuple. Car l'existence même de l'Europe démontre que le christianisme a su y évoluer et s'imprégner d'humanisme.

  L'idéal européen s'incarnait bien plus dans la défunte Yougoslavie, que dans les nouveaux etats nationaux qui en sont issus. En avalisant l'indépendance du Kosovo, nous prenons  acte  du  poids de l'Histoire et des frustrations multiples qu'elle a laissée gravées dans les mémoires.
Nous devons en conséquence aller de l'avant, a condition de ne pas tolérer les manifestations d'un autre nationalisme identitaire et ségrégationiste. Le Kosovo doit se sentir sous une étroite exigence démocratique car il porte aussi sur ses épaules la cause européenne de l'égalité des droits, Qui ne pourra plus longtemps marquer tant de laxisme face à la tragédie palestinienne, faute d'alimenter encore plus le nationalisme arabe qui est, et je viens de le démontrer par la bande, à l'opposé de la grandeur de l'islam historique, comme le nationalisme serbe ne saurait servir le christianisme.
 
  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

naiko 16/03/2008 07:43

Oui, la "communauté internationale" comme on l'appelle pudiquement, est d'un conformisme...confondant. Elle aime les idées simples, et s'y tient. Elle déteste se contredire. Le nationalisme des Kossovars albanais est légitime et bon, il mérite d'être récompensé par une entrée rapide dans l'Union Européenne. Celui des Serbes est ontologiquement pervers puisqu'il a enfanté un Milosevic.  Ils (les Serbes) ont eu droit, comme les Allemands sous Hitler,  au "châtiment du ciel" (les bombardements aériens)... Il s'agit aussi de faire oublier qu'"on" a traité avec le diable (les accords de Dayton ont été co-signés par Milosevic) et surtout qu'il y a eu les fameux accords Holbrooke-Milosevic, d'octobre 1998, qui prévoyaient le futur statut du Kosovo (autonomie à l'intérieur des frontières de la Serbie)....ces accords ont comme par magie disparu des écrans...cherchez en le texte sur internet!!

borneo 16/03/2008 12:43

C'est vous l'avez bien compris dans ce temps de dix ans qui a été donné aux serbes pour admettre que les "albanais", du kosovo n'étaient pas des fonctionnaires turcs abondonnés par l'occupant, ni des etrangers envahisseurs en terre serbe, mais des habitants tout aussi légitimes de la terre serbe. (même plus anciens si Ilyriens !) Les nationalistes dont vous semblez faire partie ont la désasteuse manie de trier ceux qui peuvent légitimement se revendiquer de la fierté nationale.Quand vous amputez votre histoire, vous finissez immanquablement par amputer votre territoire. thats'all about.