La farce du motif de licenciement

Publié le par borneo

                    Un chef d'entreprise ne peut assortir un certificat de travail de commentaires flateurs. Ce serait porter tort aux autres.
                      De même, il est patent qu'en cas de licenciement, c'est rarement le vrai motif qui apparait officiellement. Par exemple, vous ne pourrez imputer des "indélicatesses" qui n'auraient pas fait l'objet d'un constat de police. Ce serait de la diffamation. Vous aurez du mal a prouver ou démontrer une consommation de cannabis.
                      Vous tenterez rarement une procédure pour langage déplacée à l'égard du personnel féminin. La grivoiserie n'est pas réellement reconnue comme motif légitime même si elle finit par lasser vos collaboratrices les plus patientes.

                   Le motif de licenciement est donc une stratégie établit dans le bureau du  conseiller juridique qui tracera une procédure pouvant tenir la route devant les prud'hommes.

                   Qui veut licencier au moins dans les PME, licencie. C'est clair. CDI ou pas.

                Mais plus la procédure est rendu difficile, plus le recrutement passe par des voies de "confiance", c'est à dire évite soigneusement les candidatures inconnues issus de l'ANPE.

Commenter cet article