La taxe Tobin, Clearstream les bons outils pour sauver l' Amérique !

Publié le par borneo


Vous avez bien évidemment entendu parler de la taxe Tobin, cette taxe imaginée par le prix Nobel d'économie 1972
James Tobin sur les transactions financiéres afin de venir en aide aux pays du SUD. Bien évidemment vous avez entendu les hurlements des libéraux contre ces gauchistes, ces alter mondialistes qui se proposaient ni plus ni moins de paralyser la finance mondiale !

Ironie du sort, il s'agit désormais de sauver l'Amérique et particuliérement l'Amérique des cols bleus et des classes moyennes à laquelle les libéraux néos conservateurs et les financiers viennent de porter un coup fatal.
Le plan Polson transfére aux citoyens de la rue le soin d'éponger la dette et de sauver le systéme financier en faillite, au prix du sacrifice de l'assurance santé, des retraites et de l'aide portée aux plus faibles. Il convient au contraire de mettre à contribution les responsables et les profiteurs de
ce naufrage. La taxe Tobin, mais on aura soin de la baptiser différemment répond à cet impératif.  

L'un des arguments opposés à la perception de cette taxe consistait au refus de ralentir les flux monétaires et au secret nécéssaire. On aura vu à l'oeuvre cette culture du secret !

 La SEC, le gendarme de Wall Street vient de donner trois jours aux responsables des institutions bancaires pour rapporter sous serment le détail des opérations spéculatives qu'ils ont pilotées au cours de ces journées cruciales.

On voit donc que l'argument du secret tombe de lui-même. Désormais les autorités de contrôle entendent se tenir informer !

Reste donc la faisabilité, et mais c'est bien sûr, Clearstream !

 Il existe des chambres
de compensation "internationales permettent la circulation de valeurs financières en autorisant des transactions en temps quasi-réel entre les clients du système. Ces institutions sont créées par des banques pour les banques et institutions financières, et sont destinées à la conclusion de transactions (ou règlements) portant sur des montants très importants (de l'ordre couramment de plusieurs centaines de millions d'euros). " et Clearstream est l'une d'elle.

Oubliez si vous le voulez bien le passé et les coups tordus, ces chambres de compensation, indispensables nous a t-on expliqué gardent trace de tous les mouvements de capitaux qui ne sont en rien ralentis, les opérations s'effectuant en temps réel. C'est donc le lieu idéal pour les autorités pour se tenir informer et si elles en ont la volonté de percevoir la taxe salvatrice.

Cette taxe permettrait surtout de ne pas laisser les seuls contribuables modestes de la planéte s'acquittaient de la facture. Au passage, une petite partie (!) pourrait être effectivement affectée à son objet originel, la contribution au développement des pays du Sud.

Mais celà suppose d'accepter désormais une régulation mondiale, ce que la bande
mafieuse qui pesait sur nos destins était parvenu à empêcher. Il est vrai que Monsieur peyrelevade nous expliquerait que les sociétés offshores existent justement pour échapper à la fois aux taxes et à la transparence ! (non en fait c'est Bernard Tapie  qui l'a trés bien expliqué à propos de l'acquisition frauduleuse et la revente d'Adidas par le crédit Lyonnais, devant la commission des finances )

Tous les espoirs sont permis désormais.

PS: Un historique intéréssant sur les dérégulations imposées par les néos conservateurs et les trois crises consécutives qui en résultérent dans the Nation
linkpar Mark Summer (la parution originale de l'article est indiquée sur le site progressiste (liberal !) Yankee Daily Koss, à la présentation largement plus brouillonne )

Maj du 28/09.08 : un article de Thom Hartmann qui développe la proposition d'une taxe sur les transactions financiéres

 

Publié dans Economie

Commenter cet article