Michel Onfray, philosophe plum plum mais pas très tra la la !

Publié le par borneo



C'est le deuxième post que je consacre à la nouvelle coqueluche de l'extrème gauche qui trone au côté de Noam Chomsky, ce dernier avec une légitimité certaine au panthéon des penseurs contemporains de la Révolution.

Dans Siné Hebdo, l'organe que je ne saurais trop recommander aux fouteurs de merde et autres dynamiteurs, le penseur Plum plum s'en prend à Ségolène Royal qu'il pense exécuter de mains de maître comme il le fit naguére de Nicolas Sarkosy.

L'argumentaire est intitulé Ségolène Debord et Guy Royal. Pourquoi me direz vous faire intervenir l'auteur de la société du spectacle pour porter cette attaque frontale ? La réponse est simple, c'est une référence suffisament connu à gauche pour donner quelque poids à cette pitrerie intellectuelle. L'auteur aux fermes convictions, sauf à soutenir Besancenot aprés avoir compté dans le comité de soutien de José Bové, nous rappelle trois formes du spectacle: le spectaculaire concentré caractérisait la méthode employé par le dictateur, le spectaculaire diffus celle employait par le monde marchand, le spectaculaire intégré, signe de notre temps propose un mixte dont la candidate socialiste constitue cette icône de la religion de la marchandise.

Comme vous le savez, nos révolutionnaires bien souvent "décroissant", nous proposent une société frugale fondée sur la satisfaction des seuls besoins matériels indispensables, le surplus étant apportée par la jouissance intellectuelle de vivre dans la compagnie des "justes".
Je caricature à l'envie. Mais vous connaissez la critique marxiste bien connu qui opposait la confusion entretenue entre structures et superstructures. En fait j'ai parcouru la charge de notre philosophe plum plum dans des circonstances particulières: tout de suite aprés la lecture de la critique de l'ouvrage de Giorgio Agamben homo sasser 2;2 paru sur le site du journal Le Monde.

Ne quittez pas, c'est maintenant que je vais délivrer l'idée profonde qui vous permettra de briller en société et de comprendre pourquoi vous persister à visiter ce blog.
 
Le fondement des sociétés humaines repose sur trois activités, forcément économiques qui sont La Razzia, la ceuillette qui correspond à l'économie domestique et l'Offrande.
Lorsqu'il monte sur son arbre pour en ceuillir les fruits, Sapiens grimpe bien vite un peu plus haut dans la futée pour s'emparer des oeufs de l'oiseau. Puis à terre, il épargne quelques noix pour les déposer en offrande à une statuette en argile de l'aigle.

L'économie de la Razzia: les croisades, on pille les coffres et on raméne trois osselets de saints, la découverte de l'Amérique, on pille les temples et on convertit le sauvage, la colonisation qui permet l'appropriation des ressources: pétrole matières premières, mais aussi l'économie mafieuse, est à l'origine de la conquête de la planête par ce nomade armée qu'est homo Sapiens.

L'économie de l'Offrande semble bien contemporaine à la constitution en société. C'est elle à qui on doit la création des marchés ou se négocie les butins. Offrande au chef de guerre, mais le plus souvent l'ethnologie nous apprend que le partage est égalitaire, Clovis se voit refuser le privilège de disposer du vase de Soissons, offrande aux Dieux comme expiation ou justification des crimes commis mais aussi restitution de leurs parts du butin à l'âme des fréres d'armes mort au combat et légitimation de l'attribution de leurs panoblies aux survivants.
    L'économie domestique, la seule qu'accepte comme légitime notre philosophe ne produit en définitive que les armes et les besoins de l'intendance.

 Les grands marchés ou s'écoulent le butin et les ofrandes détournées par les oficiants se tiennent en lisières des grands rassemblements religieux, voire au pied des temples eux-mêmes. C'est le "réseau" dit des marchands mais il est assurément plus complexe, celui le seul que dénoncent tour à tour les acteurs des trois économies.


L'affaire "Mohamed" est de ce point de vue caricaturale: chef de bandes qui attaquent les convois en route pour la Mecque, l'Histoire ou la légende nous rapporte qu'il tenait ses victoires de la qualité des ateliers d'armes  de Médine. Une armée de croyants se livrent aux razzias (is ?) pour en porter le fruit en Offrande au seul Dieu.


 La critique de la société, et Debord n'échappe pas à la régle, s'est toujours focalisé sur le réseau.


La société révolutionnaire, communiste ou fascite s'est conformé de toute évidence à ce modéle. Mais parce qu'elle s'est livré à une Razzia trop systématique, la spoliation définitive des possédants, l'asservissement ou l'extermination des dominés, elle a épuisée son butin d'un seul coup. De plus, elle a tout simplement éradiqué le réseau marchand et intellectuel.

Staline ou Hitler ont produits des armes plus qu'aucune autre société, ils ont batti des temples à la gloire du régime, versés des offrandes gigantesques aux larres du régime jusqu'à étrangler l'économie domestique mais par dessus tout, ils ont sortis le revolver à l'énnoncé du mot "culture". Il n'est pas indifférent de remarquer que les communistes se définissent comme l'avant garde de l'armée des prolétaires.

La culture n'est que le terme de l'échange produit par le réseau marchand. La culture c'est le contrat.

Et c'est pourquoi aussi, dictature prolétarienne ou martiale sont incapables de produire une "justice", c'est à dire un contrat. Au contraire, l'économie américaine est celle des plaideurs. C'est ma preuve.

Dans l'Histoire, nous avons connu des périodes ou chacune des économies a pris le pas sur les autres. Le monde Viking, fondé sur la Razzia aurait pu rebatir Rome, il n'a fait qu'épuiser son aire au même titre que le communisme.

Les sociétés de l'espace islamique se sont abimés dans l'économie de l'Offrande barrant les réseaux des caravanes qui étaient à l'origine de sa grandeur.

Nous avons des exemples de sociétés fondées sur la seule économie domestique et force est de constater qu'elles n'ont tout simplement pas d'histoire.

Ce qui caractérise la société marchande contemporaine, c'est la faiblesse des Offrandes. La religion s'étiole le pouvoir du prince est éphémère, son culte préte au rire, la faiblesse de l'économie domestique, plus personne ne cultive son potager, et la crise de l'économie de Razzia,
quelque en soient les apparences, déléguée aux mercenaires militaires ou financiers comme Rome dans son déclin, l'Opep en est la preuve.

Reste donc l'économie du réseau. Celle de la Culture. C'est par une déclaration internet que Ségolène proclame sa volonté de poursuivre dans la voie de sa candidature "d'ignorante culturelle". Accusation proférée à l'identique envers Sarkosy, soulignons le au passage.

Et je conclue ici, ce que proclame Michel Onfray connu pour sa dénonciation de l'économie de l'offrande (la religion), de l'économie de la Razzia (le capitalisme) c'est bien la condamnation de ce réseau marchand le seul qui n'aie jamais produit  Culture et  droit c'est à dire des arbitrages et qu'il feint d'assimiler et de confondre à la société du spectacle. Elle l'est certes parce qu'elle fait "echo", le contrat est l'echo de la transaction, et Ségolène peut imaginer que c'est elle que nous voulons pour présidente, alors que c'est son ambition, la prise du pouvoir qui fait "echo" à la notre.


Ainsi, notre héros, chantre de l'athéisme se transforme sous nos yeux en Officiant des Offrandes de l'armée révolutionnaire. Sa critique n'était au vrai que celle d'un vulgaire Savonarole brûlant les livres au milieu des cris de joie des pyromanes de Florence.


On pourra concéder sans remords que La candidate Royal est de "droite" lorsqu'elle imagine un ordre "juste", un partage équitable et juste: illusions, les termes du contrat devront toujours donner lieu à d'âpres négociations et il n'est pas d'espoir qu'une loi divine ou humaine soit en mesure  d'y substituer une régle à jamais équitable. Illusions du croyant de "droite" comme de "gauche". En ce sens, le judaïsme, avec les grecs, est le seul à proposer un Dieu "Injuste". Ce qui conduit les hommes à négocier plutôt que de s'en remettre à son jugement

Commenter cet article

naiko 01/01/2009 11:41

Bonne année Bornéo!!! C'est vous qui vous cachez derrière la couverture Onfray? Eh bien je vous souhaite en 2009 plein de bonnes choses et d'abord de contiuer à réagir avec votre coeur, vos tripes et votre intelligence aux sollicitations du moment!

borneo 02/01/2009 10:43


Bonne année, Naiko, bonne année !


Genco22000 30/11/2008 12:16







Un peu fainéant le Genco, en ce dimanche matin, alors je vous souhaite tout simplement et sincèrement un bon dimanche à toi et tes proches ...

Et je m'excuse pour le copié/collé, lol, mais c'est l'intention et la pensée qui compte, mais au moins, j'ai lu ton article, lol !

Bon dimanche

borneo 30/11/2008 13:37



ah que merci !


bon dimanche à toi. Come to Boston or Vegas ?



S 29/11/2008 00:05

Un détail, Onfray avait commencé à flinguer Royal pendant les présidentielles, rien de nouveau.

Bravo encore une fois pour cet excellent blog.

borneo 29/11/2008 00:22



OUI, je l'avais remarqué :-)).


Ce qui est plaisant dans cette dénonciation et j'ai hésité entre réaliser un montage photo et ce texte, c'est la précipitation de la mise en adoration des leaders charismatiques Castro, Chavez,
Besancenot dés lors qu'ils s'affirment "Chefs militaires" de l'armée prolétarienne et le dédain pour pour toute proposition issue du contrat social. Il n'est pas étonnant dés lors que
l'intellectuel soit la première victime de la Révolution.