Croissance zero ?

Publié le par Antoine Vallet

Tout a leur dénonciation de la Constitution, les opposants les plus acharnés comme de Villiers,  en rajoutent une couche sur l'Euro qui serait bien entendu la cause de notre faible croissance. Tandis que ses alliés en opposition dénoncent au contraire la politique libérale de la Banque centrale. En disant tout et son contraire, on pêche large !

En premier, il faut constater que la zone Euro concerne essentiellement la partie de l'Europe qui a mis en place  les politiques sociales les plus audacieuses. Et comme cela a souvent été dit, les valeurs ajoutées de bien être social, d'environnement, sont rarement pris en compte par les indices. Par exemple, si le gouvernement réduit les remboursements de sécu et que les citoyens de ce fait sont obligés de souscrire des contrats maladie auprés d'organismes privés d'assurances, il booste la "croissance" ou plutôt l'indice.

Enfin, l'adoption de l'Euro suppose la mise en place d'une politique de concurrence libre et non faussée. Or c'est tout le contraire qui se produit. La campagne contre les prix trop bas qui vient d'être lancé pour justifier la persistance des mesures destinées à protéger les marges arriéres ou a justifier les décisions des commissions d'urbanisme commercial prouve combien on en est loin.

C'est anecdoctique, mais les responsables du Bassin d'Arcachon ayant constaté un phénoméne de concurrence sauvage dans la traversée batelliére du bassin ayant entrainé une baisse des tarifs dont nous dit Sud-Ouest, les touristes de 2004 ont largement profités ont mis fin a ce scandale en instituant un nombre de licences limitées, accordé a 90% à une seule société. Exit la concurrence et ces maudites baisse de prix !

 

Cependant, il convient de vérifier si nous menons bien la politique qui nous permet de continuer à financer une société plus solidaire. Car, si nous nous dirigeons bien vers la croissance zero si prisée par les écologistes. Il faut assumer ses politiques et ne pas faire porter au débit de l'Euro un modéle économique aussi original quà bout de soufle !

 

 

 

 

Commenter cet article