Le Médoc et les conservatismes unis

Publié le par borneo

                Tandis que la France d'en Haut se passionne pour l'avenir de Mr de Villepin et de la deliquescence de nos institutions, oubliant que le Président Mitterrand et ses prédécesseurs avaient fait pire, ici dans le Sud-Ouest, la France d'en bas de tous les conservatismes se mobilise. Sur un tout autre thème

                Dans ce Médoc que ses habitants, indiens de la Réserve, qualifient volontiers de Trou du Cul du monde, ou l'un des meilleurs vin que produit notre pays ne trouve pas preneur à 2 euros le litre, on se prépare à une lutte sauvage.

                Voyez vous le grand contournement de Bordeaux devrait désenclaver le Médoc en déviant la circulation de l'A10 par l'Ouest à l'aide d'un nouveau pont enjambant l'estuaire de la Gironde.

                Les stations touristiques se trouveraient dés lors à 4h30 de Paris, Le vin et  le bois  seraient sur la ligne de départ de la grande voie européenne.

                ET bien NON. Alors que le tracé n'est qu' a peine esquissé, le refus semble lui bien définitif.
      
                Cette presqu'ile qui doit présenter le plus grand nombre de logements insalubres du département qui abritent une cohorte de RMIstes sans grandes espérances, se mobilise contre le progrés. Préservons la nature et notre chomage, gardons jalousement nos vignes à l'abri du regard des touristes, distillons en vinaigre, ce nectar que nous ne leur ferons pas déguster !

                       
                Certes, nos écologistes sont à la pointe du combat, mais la droite des chasseurs et Paloumayres ne leur cédent en rien.

                Voilà cette france des vieillards qui ne veut pas payer d'impôts, mais exige la retraite à 60 ans, qui ne veut pas de cheminées d'Usine mais exige des contrats de travail à durée indéterminé, tous unis dans le même combat.

                 Et c'est pourquoi ici droite et gauche ne signifie rien. Dans telle commune, l'ancien Maire, colonel à la retraite de la coloniale, candidat d'extréme droite aux régionales cohabitait avec un adjoint médecin représentant du parti socialiste. L'équipe qui lui succéde voit collaborer, un ancien instit réputé communisant avec un maire Chasse pêche et tradition. On y recrute sans sourciller une hotesse d'acceuil à l'office de tourisme qui refuse d'apprendre l'anglais au motif que la candidate diplomée qui lui disputait le poste n'était pas du pays.

                 Dans le village voisin, l'ancien maire socialiste avait choisi un militant du Front national comme premier adjoint.

             La delisquescence du pouvoir d'en haut est à l'image d'un pays profond qui ne veut plus bouger, plus créer ni inventer, refuse le Monde et son mouvement, à l'image d'un pays figé.

          Les civilisations passent. La notre trépasse.

          Allez donc visiter en contre point l'excellent blog de mon ami JF deperetti et cet article "Shangai, le serpent de mer"



si tu touche à mon EDF, je privatise ma facture

Publié dans Politique france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article