Israël interdit des partis arabes aux élections

Publié le par borneo

De plus en plus impliqués dans une politique d'Apartheid, les principaux partis israëliens se sont entendus en commission à la Knesset (la chambre parlementaire) pour interdire 2 partis arabes aux prochaines élections de Février.

Ces élections dont l'enjeu aura justifié l'attaque militaire du Ghetto palestinien de Gaza marqueront d'une pierre noire la dérive d'un Etat avec lequel que les européens pensaient établir cette année des relations privilégiées.
Il va de soi qu'un tel accord serait inadmissible dans le contexte actuel.

par ailleurs le nouvel Obs nous apprend qu'un ministre d'Olmert évoque l'usage de la bombe atomique:
les sites d'informations s'émeuvent, mardi 13 janvier, des déclarations d'un député israélien d'extrême-droite appelant implicitement à faire usage de la bombe atomique sur Gaza.
"Nous devons continuer à combattre le Hamas comme les Etats-Unis ont combattu les Japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale", a affirmé mardi le député Avigdor Lieberman, ancien ministre des Affaires stratégiques dans le gouvernement d'Ehoud Olmert, et chef du parti d'extrême droite Israël Beitenou.



En dehors de celà si le parti socialiste n'est pas encore disposé à venir manifester sa solidarité avec le peuple palestinien sous les bombes, Martine Aubry a fait une déclaration à Lille qui marque une réelle avancée.

Pour sa part Ségolène Royal est enfin sortie de son silence: "
Quiconque est aujourd’hui sincèrement attaché aux droits légitimes des peuples palestinien et israélien – un Etat viable et souverain pour le premier, une sécurité garantie pour le second – ne peut qu’être atterré par l’offensive militaire israélienne. Révolté par le calvaire des habitants de Gaza. Angoissé pour la sûreté à laquelle aspire la population israélienne....

L’urgence, c’est l’arrêt immédiat des hostilités suivi d’un cessez-le-feu durable, avec envoi d’observateurs ou de forces internationales chargés d’en vérifier le respect. L’urgence, ce n’est pas seulement, des deux côtés, le silence des armes : c’est aussi l’arrêt de la colonisation dans les territoires occupés et la levée du blocus qui a fait de Gaza un immense ghetto paupérisé en proie, avant même l’intervention militaire israélienne, à une catastrophe humanitaire et sociale, nourrissant frustrations et colères.......

L’urgence, c’est que chacun comprenne qu’il n’a pas à choisir ses interlocuteurs dans le camp d’en face mais à prendre, tels qu’ils sont, ceux qui représentent effectivement les populations concernées

Les grandes lignes d’une paix honorable et efficace sont connues, il n’y a rien à inventer et plus d’alibi derrière lequel se cacher pour, une fois encore, en détruire les chances."

ON PEUT espérer la participation des socialistes de DA à la prochaine manif de soutien contre l'intervention de Tsahal dans le Ghetto de Gaza ?



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article