La Censure telle quelle par BHL et le Point

Publié le par borneo

A la note indécente de Bernard Henri Levy parue le 20eme jour de l'assaut donné au Ghetto  et tandis que les images du bombardement d'un Hopital à Gaza faisait la une des chaines de télévision  j'avais laissé ce commentaire modéré dans tous les sens du terme.


"Vos chroniques viennent ajouter à l'horreur de l'assaut des forces israéliennes sur le ghetto de Gaza. Faire feu de tout bois, le Darfour, comme si vous êtiez seul a vous en êtes préoccupé, l'anti sémitisme monté en mauvaise mayonnaise à partir de l'action de quelques têtes folles, pour justifier in fine une situation proprement inacceptable, fait pitié.
Nous attendions des grandes voix, mais en faites vous réellement partie, qu'elles exigent enfin que la patrie palestinienne, dans ses frontières reconnues par l'ONU soit rendue a ses habitants.
Mais puisque vous avez décidé de vous inscrire aux abonnés absents, ce sont des millions d'anonymes qui partout dans le monde clament: c'est assez. Paix au proche Orient.
"


Et voici ce que la modération de l'hebdomadaire aura laissé passé. Nous ne sommes plus trés loin de la situation chinoise.

[...] Nous attendions des grandes voix [...] , qu'elles exigent enfin que la patrie palestinienne, dans ses frontières reconnues par l'ONU soit rendue a ses habitants. Mais puisque vous avez décidé de vous inscrire aux abonnés absents, ce sont des millions d'anonymes qui partout dans le monde clament: c'est assez. Paix au proche Orient.

Citons seulement cette phrase de BHL : Le hasard fait que c'est de Ramallah, capitale de l'Autorité palestinienne, puis de Sderot, la ville israélienne qui vit, à la frontière de Gaza, sous le feu des roquettes Qassam, que je découvre les images de ces manifestations de soutien à la "cause palestinienne"

Oui c'est bien de Sderot qu'il voyait Guernica ou plutôt Gaza sous les bombes comme Néron contemplant Rome en feu tout en dénonçant les protestations à ces crimes.


PS: à part celà, il m'est toujours impossible de rétablir le titre du blog et le who's de auteur.



Commenter cet article

borneo 19/01/2009 05:32

Qu'elles s'expriment dans le sens ou non de l'opinion publique n'est pas la question, désolé. Mais bénéficiants du monopole de publication, le minimum du minimum est de tolérer la contradiction.Essayez de comptabiliser les heures de radio télé dont a bénéficié BHL pour dénoncer "une opinion publique" qui, elle, est baillonée. 

ognachan 18/01/2009 14:57

Oui bien sur ^^ Il suffit juste que ces " grandes voix " ne s'expriment pas telle que l'opinion publique le souhaiterait pour qu'elles soient rétrogradées d'office, quelle hypocrisie...