La re nationalisation d'EDF

Publié le par borneo

Le parti socialiste peaufine son programme. Loin de constituer un projet novateur, le premier objectif semble être de remonter le temps. Retour aux 35 heures. Annulation des mesures de financement des retraites et et et re nationalisation d'EDF.
Vous avez bien lu !
Il s'agit de dire NON à la gauche blairiste au profit de la gauche Blaireau, comme le dirait Fabius.

Nous qui souhaitons transformer ce parti en un vrai parti socialiste européen, c'est à dire social-démocrate nous devons réagir.

La re nationalisation d'EDF en représente une excellente opportunité.

D'abord parce que c'est une mesure stupide pour l'entreprise elle-même. Aujourd'hui EDF a pris des positions importantes sur les marchés européens. En Italie par exemple en devenant l'actionnaire de référence de Edison . En cas de nationalisation, le gouvernement italien pourrait la priver de ses droits de vote au conseil d'administration ou prier l'entreprise de bien vouloir se retirer.

C'est une mesure stupide d'un point de vue citoyen. Le fait d'être aujourd'hui une entreprise côtée oblige EDF à la transparence. Elle doit informer les marchés de ses objectifs, des risques financiers qu'elle prend. Ainsi, lors de son introduction en Bourse elle fut contrainte de signifier aux actionnaires potentiels l'insuffisance de provisions pour le démantélement des centrales en fin de vie.

C'est une mesure stupide car dans un contexte de déficit des dépenses publiques cette mesure ne peut qu'accroitre un endettement national de plus de 2000 milliards d'Euros qui menace l'avenir des nouvelles générations.

Lancement de la campagne Si tu renationalise mon EDF, Je privatise ma facture !

OR la libération du marché de l'Energie dans le cadre de l'Europe atteindra sa derniére etape justement à l'échéance de la renationalisation programmée. A ce moment chaque foyer sera libre de choisir son fournisseur d'électricité.

Engageons nous massivement pour faire comprendre à la gauche Blaireau que nous refusons la renationalisation en faisant serment de choisir un fournisseur libre s'il advenait que notre EDF soit a nouveau étatisé. Si 30% seulement des foyers français souscrivent un tel engagement, alors les blaireau ne pourraient nationaliser qu'une entreprise potentiellement en faillitte. Etienne le petit prof d'économie, vedette des Nonos devraient bien pouvoir leur expliquer ça. Entendons nous bien, il ne s'agit en aucun cas d'un appel au boycott, bien au contraire, mais d'une prise de position politique de défense d'une entreprise française performante afin qu'elle puisse poursuivre son développement à l'international.

Je précise que je ne posséde aucune action de cette entreprise, que je n'appartiens à aucune formation politique de droite ou de gauche. C'est en simple citoyen que je vous appelle à une campagne nationale sur le théme :

Si tu touche à mon EDF, je privatise ma facture !

Concrétement comment faire ?

En reprenant ce slogan sur vos blogs, vos Pods, dans vos signatures E-mail, en alertant vos amis, votre entourage : si tu touche à mon EDF, je privatise ma facture.

Suite ici


Prochain article : On se fait un LOGO.


lien pour cet article : http://oui-europe.over-blog.com/article-2846567.html


Commenter cet article

Jonathan Balsamo 09/10/2009 23:39


EDF pourrait avoir des soucis à l'avenir si tout les français se mettent à produire de l'électricité car EDF rachète leur électricité à un prix onéreux qui devra baisser si on ne veut pas la
faillite de l'EDF .


Sartori 30/05/2006 22:11


" Abonnement mystérieux "
par Jacques SARTORI le 19 novembre 2005

Je me suis intéressé au détail de ma facture téléphone, et j’ai voulu connaître la nature des prestations que comportait la rubrique « abonnement ».

Je me suis adressé à votre service de renseignements et il m’a été répondu qu’il s’agissait d’une prestation qui existait depuis toujours et qu’il était normal d’acquitter ce montant qui représentait un service d’accession au réseau. Depuis j’ai obtenu d’autres éléments peu significatifs qui ne m’indiquent toujours pas les raisons réelles de cette pratique.

France Télécom était un service public au service du public et je ne comprends pas que l’on ait facturé de façon aussi onéreuse, et depuis si longtemps, un service qui n’apportent à l’usager que la possibilité de consommer un produit mis à sa disposition et qu’il paye.

27 419 000 lignes « grand public » à 11,70€ HT x 12 = 3 milliards 849 millions €

5 930 000 lignes « entreprises » à 11,43€ HT x 12 = 813 millions €

= 4,662 Milliards engrangés tous les ans par vos services

(hors TVA de 19,60% qui représente la jolie somme de 913 millions € ; ristournée à l’Etat)

Un chiffre estimé au minimum car il ne prend pas en compte les autres usagers.

En euros constant les ressources provenant de la seule prestation ABONNEMENT fait de tous les Français, et depuis longtemps, le propriétaire de toute l’entreprise.

Questions :

• Pour quelles raisons a-t-il fallu conserver cette taxe et depuis si longtemps ?

• Pour quelles raisons la société, une fois privatisée, n’a amené aucune modification dans la pratique d’un binôme ; consommation, abonnement ?

• Le fait de faire supporter à l’ensemble des usagers cet abonnement, ne pénalise-t-il pas tous ceux qui, dans les mêmes catégories, consomment le moins ?

• Est-ce une prime offerte aux plus favorisés ?

• Où se situent les grands principes d’égalité et de fraternité ?

• Les lois du commerce Français, Européen et International sont-elles respectées ?

• Pour quelles raisons les offres des sociétés concurrentes vont-elles pouvoir proposer leurs services à moindre coût sans que leurs clients soient obligés de passer par la case « abonnement » ?

• Pour quelles raisons, l’ensemble des charges et des bénéfices de l’entreprise n’ont-ils pas étés répercutés sur la consommation d’appels ou de forfaits ?

Lorsque je prends le train, j’achète un billet pour le nombre de kilomètres à parcourir.

• Se trouver seul sur un marché, durant plusieurs décennies, et profiter ainsi d’un monopole puis d’une position dominante après une privatisation contestable, ne correspond-il pas à un abus ?

• Aucun syndicat, aucun groupe politique et aucun haut responsable administratif n’ont-ils jamais abordé cette face cachée des abus d’un monopole d’État ?

• Y a-t-il des raisons, elles aussi, cachées ?

Les services des P&T ont facturé, toutes ces dernières décennies, les communications de proximité et de provinces avec des écarts significatifs.

• Le cheminement des appels aurait-il été confronté à des multitudes d’octrois oubliés, ça et là, lors du passage du manuel au « tout automatique » ?

Les seules recettes du 12 ( renseignements) se situeraient dans des sommets avoisinant les 300 millions €/an et une foule de prestataires, avides et gourmands, se présente pour participer au partage de cette manne providentielle.

• Une société d’Etat se serait permis d’engranger d’énormes ressources sur cette seule prestation alors qu’elle était un service public au service du public ?

• Il existe beaucoup d’autres prestations : aussi rentables ?

Et l’on aurait mis, le tout, dans la besace de la mariée avant de la brader !…

J’espère obtenir des réponses constructives qui me confirmeront peut-être une modification profonde de cette pratique et démontreront l’excellence d’une entreprise envers tous ses clients

PS : En mars 2003, les processus du marché entreprise de France Télécom en France ont obtenu de l’AFAQ et de la LRQA le certificat ISO 9001 version 2000. Cette labellisation concerne le marketing et le lancement d’offres, la vente, les commandes/livraison, le service après-vente, la facturation et le recouvrement.

L'investissement de France Télécom pour déployer ses réseaux est important …

Au total ce sont plus de 3 milliards d'euros investis entre 2005 et 2007 dans les infrastructures réseaux.

( Un seul petit Milliard par an : et les autres ? ) 4,662 x 3 = 13,986 Milliards €

Il s’agit pour les différentes entités du Groupe d’appréhender au mieux les besoins des clients, de répondre à leurs attentes et d’évaluer régulièrement la qualité des produits et des services.

---

et bientôt :
les autoroutes
la SNCF
la RATP
la poste
la sécu
les hôpitaux
Et pourquoi pas l'Etat

borneo 30/05/2006 03:48

La question de l'abonnement est une bonne question. Je l'évoquais prédemment à propos de France Telecom. Situé en zone non dégroupé, j'acquitte un abonnement de 13 euros mensuels pour la ligne, alors que celle-ci a été payée par le lotisseur, le montant imputé sur le prix du terrain et remise gracieusement à FT qui depuis me la facture mensuellement !Pour le reste, les arguments que j'avance ne sont pas remis en cause: transparence financiére d'une entreprise ^cotée, là ou régnait quasiment le "secret défense".Possibilité d'investir en dehors de nos frontiéres.On voit bien la réticence des européens à laisser GAZPROM  entrer sur leur territoire.Un autre aspect des choses est la liberté des politiques retrouvée. Pour prendre des mesures anti-tabac, il aura fallu auparavant dénationaliser la Seita devenu Altadis.Un gouvernement légiférera d'autant plus facilement en faveur des énergies renouvelables ou des conditions de démantélement des vieilles centrales dans une indépendance affirmée.Ce cout du démantelement, largement sous-estimée, comme l'amiante naguére, justifie a lui seul le risque capitaliste des investisseurs et l'éventuelle prime dont ils auraient pu bénéficier. Reste à savoir si tous les petits porteurs en ont pris suffisament conscience

Sartori 29/05/2006 20:33

EDF : le fond du problème

Chaque Français, chaque famille, chaque consommateur d’électricité et de gaz a participé grandement au développement de la société d’Etat EDF-GDF.
Depuis 50 à 60 ans, ils ont tous participé, à l’aide de leurs impôts et de la taxe d’abonnement, à la structure et à l’évolution de l’entreprise. Ils sont ainsi à la base des achats de sociétés situées en France et à l’étranger. La rubrique consommation concerne l’utilisation de l’énergie électrique et du gaz.
Pour les impôts :
Les nombreux appels aux finances publiques doivent êtres enregistrés dans les méandres des ministères des différents gouvernements qui se sont succédé pour financer des investissements et faire grandir le bien commun.
Pour l’abonnement :
• 27,6 millions d’usagers pour EDF x 4,33x12 = 1,434 milliard € (5 ans= 7,17 M€ HT)
• 10,300 millions d’usagers pour GDF x 2,84x12 = 351 millions € (5ans= 1,755 M € HT)
• Un milliard et 785 millions € (TVA de 5,5% soit 98,175 millions en plus qui vont dans les caisses de l’État) sont prélevés chaque année par des services publics qui sont censés êtres au service du public.
Un chiffre estimé au minimum, qui ne concerne que les particuliers et qui ne prend pas en compte les puissances supérieures utilisées. En euros constants les ressources provenant de la seule prestation ABONNEMENT fait de tous les Français le propriétaire de toute l’entreprise.
Questions :
• Pour quelles raisons a-t-il fallu conserver cette taxe et depuis si longtemps ?
• Le fait de faire supporter à l’ensemble des usagers cet abonnement, ne pénalise-t-il pas tous ceux qui, dans les mêmes catégories, consomment le moins ?
• Est-ce une prime offerte aux plus favorisés ?
• Où se situent les grands principes d’égalité et de fraternité ?
• Les lois du commerce Français, Européen et International sont-elles respectées ?
• Pour quelles raisons, l’ensemble des charges de l’entreprise n’est pas répercuté sur la consommation de KW ?
(Lorsque je prends le train, j’achète un billet pour le nombre de kilomètres à parcourir).
Le train partira même si le wagon est à moitié vide et je ne paierai pas de taxe supplémentaire.
Nous rentrons peut-être, là, dans un domaine de service public ?

Depuis juillet 2004 les professionnels ont le choix entre différents prestataires (qui profitent des installations de tout le réseau) et ne payent plus,de ce fait, cette taxe à EDF. Les charges seront donc uniquement réparties sur les usagers particuliers ( et les pros restants) en attendant que ceux-ci puissent imiter les Pros dès juillet 2007.
• Les abonnements pour les clients fidèles ne vont-ils pas se trouver augmentés de façon progressive et inconsidérée ?

Aucun syndicat, groupe politique ou haut responsable administratif n’a jamais abordé cette face cachée des abus d’un monopole d’État qui perdure depuis des lustres.
Des sociétés financières profiteraient d'une habitude ancestrale qui ressemble à une manne céleste en mettant simplement et qu’une seule fois la main au portefeuille. Une participation très modeste, au regard du capital réel, mais qui leur ferait profiter de tous les acquis, de tous les savoirs, de toutes les valeurs et de toutes les expériences d’un groupe aussi important.
Citez-moi une seule raison de leur laisser tous ces bénéfices ?
Quelques chiffres :
Capital total de 46,666 milliards€
Capital ouvert 15% = Montant 7 milliards€
7,5 % investisseurs institutionnels = 3,500 milliards €
5,25% particuliers = 2,450 milliards €
2,25% Salariés d’edf = 1,050 milliards €
soit, avec les 20% de remise par achat d’action, 210 millions € offert aux agents edf
Chaque salarié devra-t-il emprunter…
Ou bénéficiera-t-il en plus de dons ou de primes spéciales ?
Salariés edf en France :109 463

D’autres questions encore plus pertinentes peuvent se greffer sur ce texte car dès que l’on gratte un peu la surface de certaines plaies, des éruptions !…
J’attends de connaître les volontés de la classe dirigeante actuelle qui, si elle n’est pas entièrement responsable des égarements du passé, a la possibilité et le devoir d’y remédier.
Jacques SARTORI