Segoléne Royal, candidate communiste ou populaire ?

Publié le par borneo

                On sait que depuis longtemps le vote ouvrier, le vote populaire est celui qui fait le plus défaut au parti socialiste.
                Quant au Parti communiste, sa réduction électorale prouve combien en adhérent au langage politique des bobos, il pouvait se couper de sa base.
Le vote populaire  dans le secret de l'isoloir favorise Mr Le Pen ou plébiscite Nicolas Sarkosy.

                Ségoléne Royal semble avoir trouvé les mots que le Peuple de France souhaite entendre.
                Justice, Honneteté, Rigueur, travail, solidarité, autorité.
              
                 Quoi, ce sont des valeurs pétainistes s'esclament nos bobos. Et de se féliciter du "dérapage" verbal de la candidate, assurés qu'elle vient de commettre sa premiére erreur majeure en promettant des institutions militarisées, des écoles de "redressement" aux enfants difficiles qui pertubent colléges, lycées et quartiers.

                Jean Pierre Chevénement en son temps avait parlé des sauvageons  dans un méme concert de protestations outrées. Derriére ces mots se cachent des valeurs morales et  désolé, ce sont  celles qui ont fait du parti communiste un temps le premier parti de France.

                Des valeurs "populaires" et non pas populistes. Le populisme essentiellement s'acharne a trouver des boucs émissaires et proposer des solutions faciles. Dénoncer l'Europe, le trop plein d'immigrés, laisser accroire a mi mot à un complot judeo américain sont les mamelles du candidat populiste.

                On oublie que le parti communiste a séduit les masses populaires à travers une organisation trés hierarchisée, pratiquant une morale d'essence quasi religieuse ou la famille, la communauté de travail, l'outil de travail, le quartier, le syndicat, le parti constituaient les repéres absolus d'une vie de prolétaire. Et ceux qui ne pouvaient s'y soumettre étaient dénoncés comme appartenant au Lumpen prolétariat dont l'avant garde communiste devaient se garder.

                 Ségoléne Royal renoue avec ces valeurs populaires, voilà encore une pierre dans le jardin de notre politologue officiel l'ami Duhamel qui n'y verra qu'agitation médiatique et feu de paille sans lendemain.

                   OUI une candidature populaire de gauche est d'en train de s'exprimer sous nos yeux et c'est une bonne nouvelle.


si tu touche à mon EDF, je privatise ma facture

Publié dans Politique france

Commenter cet article

nicolas 15/06/2006 17:53

Borneo,
Je tombe aujourd'hui sur la réponse que tu m'as adressée aujourd'hui il y a plus d'une semaine... Honte sur moi !
Il doit manquer un mot dans ta question, je n'arrive pas à avoir de quoi du me "soupçonnes"...
Je n'aime pas le débat "vraie - fausse" gauche. Et si j'y rentre parfois c'est que je me laisse piéger. J'ai des copains de gauche qui ne comprennent pas comment on peut défendre un type de droite comme DSK... et des copains de droites qui le prennent pour un dangereux communiste qui mange les enfants.
Je ne suis pas un partisan de Ségolène, je n'aime pas ce qu'elle dit, mais si elle doit faire gagner le parti, pourquoi pas ?
Mais si je dis "oui", c'est peut-être par défaut d'autres candidats sérieux à gauche...

Sad Song 15/06/2006 17:37

Ségo candidate sexy...

borneo 06/06/2006 07:52

Nicolas, j'ai visité ton site.intéréssant et sympathique. Cependant ce qui semble n'avoir réellement  d'importance pour toi c'est le label "vrai gauche".Je suis intéréssé qui le décerne: Fabius, Mélanchon, Bové ?As tu penser à un Logo, à un tatouage peut-être ?Aujourd'hui, Ségoléne Royal publie sur son blog désirs d'avenir le chapitre 2 de son livre. Avant de te lancer dans l'invective, lis le bien, il est passionnant. Aprés discutons des mesures, des solutions qui marchent POUR LE PEUPLE, POUR LA CLASSE LABORIEUSE.Que ces solutions viennent de Laguillier, de Clinton, de Blair de Bové ou de Fabius, voire  de Sarkosy.. Peste soit de la langue de bois.

nicolas 03/06/2006 10:30

Ca ne doit pas autoriser Ségolène à dire des bêtises Sarkozienne sur la sécurité.