Le temps des invectives : Ségoléne Royal pour Cible

Publié le par borneo

            Le chapitre 2 du Livre en ligne de Ségolene Royal, intitulé "les désordres du travail et de l'emploi, publié avec les commentaires des lecteurs est absolument passionnant. Sur les 520 KO de texte, qui explore sans tabous la situation, de larges passages sont consacrées à la flexibilité et la précarité au travail a laquelle sont soumis aujourd'hui les travailleurs de base. Dégat collatéral des 35 heures quelques lignes soulignent que la mesure a favorisé cette tendance, à côté d'autres aspects plus positifs.
            Ainsi une caissiére de supermarché pourrait-elle être à son poste et rémunérée 6 heures par jour, tout en ayant en fait plus de dix heures de sa journée immobilisées,  sans pouvoir rien faire d'autre que d'attendre dans une caféteria la reprise de son service. c'est du temps libre pas vraiment passé au bord de sa piscine ou prés de ses enfants.

             Faire ce constat est absolument répugnant ou fait le jeu de la Droite.

             C'est de la lecture de la totalité du chapitre du Livre le seul argument qu'auront trouvés les contradicteurs de la "Vrai Gauche" pour se lancer dans une bataille d'invectives et d'injures.



si tu touche à mon EDF, je privatise ma facture

             Le débat à gauche se résume donc à savoir qui détient un morceau de la vrai "Croix" ou du turban vénéré, qui peut décerner le label "vraiment de gauche". Mélanchon semble le gardien du temple.

             Les classes laborieuses qui se déclarent séduites par les propositions de la candidate sont désormais qualifiées de "petits blancs", injure généralement considérée comme supérieure à pauvres négres.

             Les petits blancs sont aussi blacks and beurs et le plus souvent se lévent aux aurores pour entamer leurs journées fractionnées de travail.

             Monsieur Mélanchon profite de sa journée continue pour proférer tout aussi continuement ses invectives !

             Le probléme que génére cette pratique de l'injure développé autour d'une identité "vraiment de gauche" est qu'elle produit a contrario une identité "vraiment fascite" pleinement visible dans les rangs des supporters de quelques clubs de Football. C'est le processus pervers qui vit la montée du parti national socialiste en allemagne avant-guerre.

            
            

Publié dans Politique france

Commenter cet article