Libéral ? Vous avez dit Europe Libérale

Publié le par borneo

Libéral est en France un gros mot. Ce l'est aussi aux Etats Unis pour des raisons diamétralement opposés. En France, c'est être de Droite, là bas, appartenir à l'extréme gauche libertaire (Mais les libertarians sont trés tres à droite !!).
A lire les positions des libéraux français, on comprend la mauvaise connotation du mot. En réalité le libéralisme est une fiction. Georges Bush et les républicains sont à l'origine du plus grand déficit qu'ai jamais connu le budget américain. Ceci pour maintenir le plein emploi et financer la guerre. C'est une recette Keynésienne et anti-libéral. Bien plus, les mesures  protectionistes (pour l'acier , l'agriculture, le textile), les législations qui favorisent ouvertement le monopole des entreprises américaines sont légions.
Enfin, on refuse le protocole de Kyoto, on asservit les organismes de contrôle.
La bas on favorise ENRON avant sa chute, ici EDF, seul le bénéficiaire change, mais au bout du compte on retrouve les mêmes désillusions.

Les agences de sureté nucléaire n'ont pas plus de crédibilité, avec ces procédés de l'un et de l'autre côté de l'atlantique !

Le libéralisme est une fiction.

Derriére Enron, se trouvait un puissant Lobby dont Bush fut  le  représentant le plus visible. Le crédit Lyonnais à permis l'édification à son ombre de fortune privées tout a fait considérables.

 Ce qui compte réellement, les marxistes seront d'accord avec moi, c'est les rapports de force. Un gouvernement légifére toujours dans le sens de la poussée. Si on prend le marché de l'électricité, on observe qu'EDF tente de conserver bien évidemment son monopole, tout en essayant de prendre des parts de marché chez nos voisins. Comme elle a choisi, la filiére nucléaire et s'appuie pour cela sur un puissant Lobby, elle organise par ce canal toutes les entraves qu'elle peut aux productions électriques alternatives.
Bien évidemment les salariés d'EDF qui bénéficient d'un statut favorable lui servent d'alliés dans cette stratégie.

EDF est l'arbre "Service public" qui cache la foret libérale. Derriére, on trouve foultitude de prestataires de services, sous traitants, industriels, tous détenus par des capitaux privés et qui se réjouissent lorsqu'ils peuvent bénéficier d'appel d'offre "sans concurrence" !


Aux états-Unis le gouvernement fédéral et La Californie suite à quelques journées noires ont légiférés dans un sens tout a fait anti-libéral. Analysant que la chute d'Enron, et que le sous investissement industriel devaient être attribué à un marché trop concurrentiel induisant des prix trop bas, on a décidé de pénaliser in fine le consomateur et de fixer des tarifs en hausse.

Avec bien évidemment le soutien des salariés de ces sociétés épaulés par les actionnaires, dont les fonds de pension représentent la plus grosse part.

Il s'ensuit que nous ne devons pas être aveugle ou nous payer de mots. Organiser l'économie est un devoir. Vérifier que toutes les parties prenantes ont accés aux dossiers et peuvent se faire entendre l'est aussi. Mettre en place des organismes indépendants de contrôle afin de s'assurer que les engagements pris par les uns et les autres sont tenus doit faire partie du processus de la prise de décision.

Ne cédons rien aux illusionistes de tout bord, derriére chaque slogan se cache un Lobby, la difficulté est de discerner la voie du bien public, la solution la moins imparfaite.
C'est en définitive, la démocratie, le choix de citoyens éclairés  non par la propagande ou la publicité partisane qui doit primer en toute fin de compte.

Le volet démocratique de la Constitution doit faire prime à mon sens. Je reste persuadé que même Madelin, tout comme Bush est capable de nationaliser si besoin est tout un pan de l'économie ! L'important est que le citoyen dispose des moyens de vérifier les conditions dans lesquelles s'opérent de telles opérations et quels en sont les vrais bénéficiaires !

C'est pourquoi, nous devons nous réjouir qu'ait lieu ce référendum quelqu'en soit l'issu.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article