Renégociation et Europe à la carte

Publié le par borneo

l'Europe à Géométrie Variable !

Depuis bientôt deux mois, nous nous laissons aveugler par notre orgueil national bien gaulois qui consiste à affirmer qu'en toute état de cause l'Europe ne pourrait se faire sans la France. Par notre réponse au référendum nous sommes supposés décider aussi pour tous les autres peuples d'Europe. Ceux-ci, est-il besoin de le rappeler sont appelés à décider comme des grands, par eux mêmes du sort qu'ils entendent pour eux-mêmes réserver au projet de traité
 constitutionnel.
 On nous rabat les oreilles avec une probable renégociation. Elle aura bien lieu. Mais sans aucun doute pour décider de la mise en Oeuvre de cette Constitution pour les peuples qui en auront décidés ainsi. Ne fussent-ils que 18 ou 20.
  Il faudra alors effectivement rédiger des annexes pour les statuts particuliers de ceux qui auront dit NON. Un statut d'Etat moyennement intégré, dont les députés au Parlement Européen sortiront de l'hémycicle au moment du vote des budgets n'entrant pas dans leurs mandats réduits.
Les Suisses qui ont refusé l'intégration appliquent la majeure partie des décisions prise par la communauté, aprés négociation avec la commission, sans avoir cependant de représentant au Parlement. Le volet démocratique n'est en réalité qu'une option dans une zone fondamentalement de libre échange.
Celà s'appelle l'Europe à la carte, chére à Edouard Balladur et désormais à Monsieur Fabuis.
Cependant, il n'y aura pas une petite Europe avec les allemands et les espagnols comme il le prétend car ceux-çi ont adopté la Constitution. Il y aura plutôt un groupe de pays tiédes rassemblant ironiquement
la France et sans doute la Grande Bretagne, plus éventuellement ses satellites sur le Plan de la Politique extérieure que sont le Danemark et les Pays Bas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe Cavailles 24/05/2005 10:28

Honte à ceux qui, surtout à gauche, ont agité le chiffon rouge de la peur de son voisin.
Lorsque ils affirment que le polonais ou le lituanien viendront prendre le boulot des français, il y a erreur grave et inexcusable. Non seuelement, le traité constitutionnel aurait plutot tendance à nous proteger des délocalisations sauvages mais aussi et surtout, attiser le nationalisme n'est pas une bonne chose ...
cordialement

Christophe Cavailles 24/05/2005 10:28

Honte à ceux qui, surtout à gauche, ont agité le chiffon rouge de la peur de son voisin.
Lorsque ils affirment que le polonais ou le lituanien viendront prendre le boulot des français, il y a erreur grave et inexcusable. Non seuelement, le traité constitutionnel aurait plutot tendance à nous proteger des délocalisations sauvages mais aussi et surtout, attiser le nationalisme n'est pas une bonne chose ...
cordialement