Jospin, c'est pénible !

Publié le par borneo

               
                Selon le Point, info ou Intox de la part de Vaillant, Lionnel Jospin aurait avisé son entourage dés Mardi de son intention d'y aller !

                Cependant, il continue à jouer les précieuses sur les Ondes et les journaux. L'enjeu: rallier tous les éléphants  sous sa banniére  avant l'annonce officielle et sus  à Ségoléne.
                 Jack Lang pourrait résister me semble t-il qui n'est jamais indifférent  aux phénoménes de société et devrait en cette affaire mesurer le discrédit qui va s'abattre sur ceux qui s'engageront dans cette galére : PIN PIN le retour, PIN-PON le recours !

Car enfin disons le  tout net :

Jospin c'est pénible !

P
rincipalement par la personnalité du personnage lui-même.

 On sait que parmi tous les reproches adressés à Ségoléne, sa personnalité est la cible de nombreuses critiques. Un certain Cassandre (mais il s'agit sans doute d'un ouvrage collectif concocté autour de la Paillasse (laboratoire) de Claude Allégre, je m'avance beaucoup ;), tente ainsi de nous démontrer combien elle est déplaisante sous cet aspect.

Justement, c'est la personnalité du revenant qui pose probléme.

Avez vous remarqué combien cet homme là se débarasse sur les autres de ce qui lui apparait négatif. Par exemple, venir répondre aux auditeurs lors d'une émission radio. Sur RMC, il souligne, je suis là parce que vous m'avez invité ! Ou nous assénne un: je vous fait remarquer que c'est vous qui m'avez posé cette question ! Il aura des phrases de cette nature sur tous les médias lors de cette précampagne. Encore une fois, le 21 septembre sur France 2, nous y aurons droit.
Autant dire de suite que les journalistes font leur boulot, lui ont envoyé une invitation comme à tous les autres et que c'est bien évidemment son attaché de presse qui a déterminé la date opportuniste de son passage en accord avec son mentor.

            Être candidat par ambition, c'est pas bien. c'est pourquoi depuis trois mois, il nous répéte qu'il sera candidat si "ON fait appel à lui". Le parti, Strauss Kahn, François Hollande, ON, n'importe qui, qui voudrait bien le laver du soupçon de l'ambition personnelle.

Jospin c'est pénible !

            Mais voilà, "ON" n'a rien voulu savoir et désormais, aprés moults térgiversations, Jospin assume "je déciderai moi-même de ma candidature si je la juge utile pour la France et le parti socialiste" . Gros menteur va !

          
            Toute la démarche intellectuelle du Lionnel consiste essentiellement à marcher vers l'interdit, (Dieu sait s'il en a beaucoup du fait de son éducation protestante, on nous le répéte assez pour nous faire accroire de son honneteté), pour le transgresser. La marche vers l'interdit prend la forme chez lui d'un BIEN pour un MAL. Comme l'écrivain russe nous décrivant l'assassin de la petite vielle, Jospin se persuade par constructions successives  de la légitimité de ses mauvaises actions.

        Ainsi donc, un mensonge  revêt la parure de la vertu, puisqu'il s'agit de faire gagner la cause du socialisme.
        Le "Je ne suis pas socialiste" (sous entendu, je suis troskiste, donc révolutionnaire et celà justifie toutes les conneries que je vais à présent vous débiter) est la parfaite illustration de cette démarche.

    Le génial DALI qui s'y connaissait en éléphants à échasses nous aurait révélé que Jospin est "transcendentale". En effet, une vertu transcendentale doit venir constamment supléer la morale défaillante à l'aune de ses propres valeurs, de ses actions.

       Vous lirez avec déléctation le billet de David Abicker à propos de la fameuse larme de La Rochelle de l'ancien premier ministre. J'ai renoncé à la vie politique non par dépit, comme l'aurait fait le commun des mortels, mais par esprit de sacrifice.
       Je reviens en sauveur parce que vous m'appelez. !

       Ben justement NON.



Jospin c'est pénible !

        L'un des aspects les plus sinistre de la personnalité du personnage réside donc dans cette indécision perpétuelle entre la Vertu et la Vertu "transcendentale". Mais Lionnel se révéle pourtant un homme de décision, que rien n'arréte, un fonceur, sourd  à tout  raisonnement.  Car effectivement puisque  l'action  ne parvient  pas à trouver son fondement  dans le "BIEN", elle se situe dans sa globalité en opposition au "Mal", toujours incarné. Mitterrand, Chirac, Ségoléne.

        Toujours "l'autre", qui doit en définitive assumé, porté la faute consubstancielle à tout  mouvement. Et cet autre, nous l'avons vécu l'aveugle. Au fil de la campagne, le but : porter le programme socialiste s'est évanoui dans cette nécéssité absolu de vaincre Chirac dans un mano à mano forcené. Incarnant soudain le Mal absolu, l'adversaire justifiait par nature de tous les coups qu'il fallait lui porter.
        Et justement Chirac, c'est pas vraiment ça, la liste des reproches que l'on peut lui adresser est longue, du dilletantisme à l'épicurisme, mais il reste fondamentalement le gars qui veut bien faire pour les copains si celà ne lui coute pas trop.
            Et donc la campagne Jospin contre Chirac a échoué lamentablement comme elle échouera contre Ségoléne.

Jospin c'est pénible !


                    Cette nécéssité d'un autre, porteur du vice  est la marque des fous. Oui, je sais, vous allez avoir du mal a me suivre sur ce terrain. La plupart d'entre nous developpons plusieurs personnalités, ou si vous le préférez une personnalité à plusieurs facettes.Tout les noctambules me comprendront. Nous avons besoin pour évacuer la plupart de nos faiblesses de développer une personnalité faible, vécu comme tel et qui n'a pas a assumer ses propres fanfaronnades mais au contraire à les évacuer ou les assumer, mais, en loucedé.
                    Combien de journalistes un peu bourré promettent  aprés avoir degraphés la cravatte et sifflés 3 verres de Bourbon que la prochaine fois, ils poseront la "question qui tue" au ministre ? Combien de maris bafoués ont ils affirmés leur volonté de casser la gueule au rival, de salariés de faire son compte au patron , au bar du soir, dans la douceur de la lumiére tamisée ?
                      La double personnalité a enrichi la littérature de Zorro et Superman au docteur Jekill and Mister Hyde.

                     Il est des personnalités monolitiques qui ne peuvent et ne savent évacuer leur propre faiblesse, qu'elles attribuent forcément aux autres: aux vicieux, aux pécheurs, aux mécréants, et celà nous vaut des Savonarole, des Ben Laden ou des chanceliers Hitler.
                   Il en est d'autres qui ne pouvant construire cette personnalité faible alibi se trouvent en quelque sorte contraint d'exécuter ces phantasmes, ces violences, violeurs ou tueurs en série appartiennent a cette catégorie.

                   Lionnel lorsqu'il a enfin fondé son action sur la vertu transcendentale et la nécéssité de combattre le Mal incarné se serait plutôt Superman, mais doté des dispositions d'un vrai tueur au sang froid.

Jospin c'est pénible !

                A
vez vous remarquer combien Lionnel Jospin est esseulé. Autour de lui ne demeure en réalité qu'un quarteron de fidéles et quelques obligés. Mitterrand aux pire heures  de sa déchéance conserva  un entourage attentif.  Même aprés avoir avoué  ses liaisons dangeureuses avec  Bousquet. Rien de tel  autour de l'ancien premier ministre.  Même a cintegabelle, nous rapporte le journal Sud-Ouest, il n'est personne pour verser des larmes de crocodile.
                On nous dit que Jospin dans l'intimité se laisse aller et qu'il est un joyeux compagnon. Dans l'intimité, Mitterrand écoutait ses interlocuteurs. Je vous fiche mon billet que Lionnel dans l'intimité lui parle....de Lionnel et des analyses politiques de Lionnel le JOSPIN. Et c'est forcément lassant. C'est pourquoi, sa nouvelle candidature parait aussi Pénible a ses anciens adjoints, les Hollande, les DSK, ...

Jospin c'est pénible !

             C
e 21 Septembre sur France 2, le tueur s'est mis en route. Premier exécuté, François Hollande, qui devait être le candidat naturel des socialistes à l'élection, mais qui ne l'osa point, laissant naitre "un phénoméne médiatique", il ne désignera son adversaire Ségoléne que par périphrase méprisante.
                   Le mépris,  il l'adresse aussi  a ces trops nombreux candidats, tout les autres, les Fabius, Lang,  DSK,  qui  n'ont pas la staure  d'un président  et pourtant s'obstinent à maintenir leur candidature au lieu de s'effacer devant le seul légitime présidentiable, notre PIN-PON, sauveur de la Gauche, du PS, des mains de l'ogre réactionnaire Ségoléne. S'opposer à lui, c'est désormais, on  l'a compris, un quasi crime de lése  légitimité, comme Henri Emmanuelli  le défiant lors  du premier épisode.

                   Car, voyez vous, aprés s'être longuement interrogé, Lionnel a décelé en lui les qualités d'un bon Président, 5 ans aprés 2OO2, il y aura mis du temps, il s'est assuré que bien oui, le peuple s'est trompé et qu'il convenait de lui offrir une chance de "rachat".

Jospin c'est pénible !

 

à suivre


Publié dans Politique france

Commenter cet article

skyrl 21/09/2006 06:23

Tu as écris le 3° commentaire sur http://birenbaum.blog.20minutes.fr/archive/2006/09/19/chirac-3.html#commentsTu m'as fait beaucoup rire.Bonne continuation, je sens que je reviendrai ici !

borneo 21/09/2006 12:26

Bonjour SkyrlJe ne me souvenais pas de ce que j'avais écrit sur le blog de guy le 19/9donc, je te dois d'y être aller  voir.Bon, je te remercie, mais il n'y avait rien là rien de bien transcendant !Sinon pour l'alliance "objective" des deux vieux Chichi et Pin-Pon, on n'a pas fini de rigoler. C'est le syndicat des nuls qui ont négociés le traité de Nice.Ségoléne appréciera, en voilà deux qui viennent de constituer leur propre syndicat !