Ségoléne Royal et DSK renoncent à la social-démocratie

Publié le par borneo

                Vous vous souvenez de DSK interrogé sur le point du programme socialiste concernant la renationalisation d'EDF ? Il avait laissé entendre que ce n'était pas une priorité et que lui président, et ben, n'est-ce pas, hein, EDF, bon, vous m'avez compris, je n'en pense pas moins.
Ségoléne Royal de son côté s'était prononcé contre le monopole d'EDF, comme une entrave au développement des énergies renouvelables alternatives.

                A l'assemblée nationale, elle a au contraire défendu le principe d'un service public unique de l'énergie regroupant EDF et GDF.

Nos deux candidats sont désormais en voie de Fabiuslisation.

Devant l'assemblée des cadres du PS, nos deux candidats, le projet socialiste sur le coeur se sont engagés à défendre ce que naguére ils critiquaient avec raison.

                Nous ne disposons donc plus de candidats social-démocrates dans cette élection. Le monopole énergétique signifie un renoncement au développement des énergies renouvelables, l'irresponsabilité devant la nécéssité de financer la deconstruction des centrales nucléaires en fin de vie et le renoncement a la réforme du régime spéciaux des retraites.

                Le seul argument, parfaitement recevable, en faveur de ce monopole est que la concurrence dans un secteur aussi oligopolistique est une illusion et que donc seuls les profits sont privatisés.

                Celà peut se résoudre par une fiscalité adapté.

                Enfin le gouvernement socialiste qui aura ruiner ses finances d'emblée sera bien en peine de tenir ses promesses sur l'éducation ou la justice faute de budgets.

                   Ajoutons que Suez-GDF a négocié avec le gouvernement belge et  la commission européenne la cession d'une part non négligeable de ses actifs. On voit mal comment une renationalisation se ferait sans une crise politique majeure avec nos partenaires européens.

                   Nos candidats le savent bien. Mais silence dans les rangs, nous sommes la gauche française, celle qui a tout appris à ses amis hongrois !

               

Commenter cet article

eric 10/09/2007 22:55

De la véritable histoire du syndicalisme et du corporatisme, son grand frère. De leurs origines, des raisons de leur création et de celles de leur dérapage : une petite histoire, rapide mais instructive, à ne pas rater pour les jours et les mois à venir… http://www.historia-nostra.com/index.php?option=com_content&task=view&id=654&Itemid=60

Catherine Guibourg 16/10/2006 17:48

Bonjour,
Je trouve votre blog intéressant. Pour vous signaler l'existence du mien, qui pourrait vous intéresser  :
http://catymi.blog.lemonde.fr/catymi/
Cordialement,
Catherine Guibourg
 
 
 
 

brigetoun 09/10/2006 10:56

EDF GDF n'ont rien signé que je sache - et les conditions exactes des cessions ne sont toujours pas arrêtées, ou la partie de pocker menteur est elle encore pire que prévu ?

borneo 10/10/2006 09:58

                Bonjour   brigetoun        Suez a du négocier avec l'état belge pour ramener son contrôle, à travers Electrabel, de l'électricté en Belgique à 70 %. La fusion Suez-EDF sera évidemment soumis à la censure européenne. En revenant sur ces accords, nous démontrerons encore une fois notre mépris à l'égard de nos partenaires.             Au delà, encore une fois la question  essentielle demeure  le financement  du démantelement des centrales nucléaires françaises. Un cout exhorbitant , non provisionné. Dans le cadre d'un service national de l'énergie regroupant EDF-GDF, la tentation de vendre l'énergie moins cher 1/ au nom de la justice sociale, 2/ au nom de la compétitivité de nos entreprises sera forte. Ce sont même les arguments présentés en faveur de cette solution.                Avec un Lobby d'état en faveur du nucléaire, adieu les économies d'énergie et l'investissement dans les productions alternatives, et bonjour le fardeau laissé à nos enfants. Sans oublier qu'un éventuel gouvernement de gauche qui commencerait par gacher ainsi ses faibles munitions financiéres dans cette renationalisation sera bien en peine de réaliser le reste de son programme.                C'est le sens de l'enssemble de mes articles sur le sujet.