Replâtrage à tous les étages !

Publié le par borneo

Donc le Président va gouverner en direct à travers Monsieur Villepin, son principal conseiller et pour s'assurer que le trublion Sarkosy ne fausserait pas la partition, il l'a sommé de rentrer au gouvernement ou comme le disait Chevénement on doit fermer sa gueule !
Le Hic est que le Président gouvernait déjà en direct à travers le précédent premier ministre. On replâtre.
Peut-être espére t-on une explosion sociale à la rentrée du type Mai 68, qui avait si judicieusement rassemblée la Droite et octroyée une chambre Bleu Horizon, divine surprise, au général De Gaulle qui n'y croyait plus mais qui ne le pardonnera pas à son premier ministre de l'époque Georges Pompidou.
De Gaulle voulait répondre à la Crise par la Réforme, et le dauphin par une tactique toute militaire. On oublie trop que Jacques Chirac n'est pas gaulliste mais pompidolien.

Au parti socialiste, on veut sauver les meubles. On s'appréte à afficher son unité. Et si Dominique Strauss Kahn veut encore croire à un parti qui batirait un projet du possible, la tendance est au fourre tout qui prendra en compte les possibilités d'alliance avec l'extréme gauche. Surtout ne pas fermer les portes. Surtout ne pas se brouiller les uns les autres. Bof, ils leur suffira de jurer de respecter l'intégrité la la .. des services publics à la française pour satisfaire le PCRI (Parti Conservateur Révolutionnaire Institutionnel).


On replâtre.

Reste donc François Bayrou qui va finir par nous convaincre de sa volonté de reformer la société. Mais est-ce son passage chez les jésuites, plus je l'écoute moins je ne comprends ce qu'il propose. Un peu comme Rocard. On entend bien une musique, assez plaisante mais les paroles sont inaudibles.
De nombreux partisans socialistes de la Constitution européenne ne sont pas préts à accepter la reconduction de l'union de la gauche comme projet de gouvernement, surtout aprés avoir pris connaissance au cours de cette campagne du programme des partenaires qu'on leur propose. Il faut savoir être minoritaire même face à l'électeur.

Nous aurons donc à suivre de prés l'évolution de l'UDF et des forces qui voudront bien résister au sein du PS et des verts aux slogans populistes et au programme dans les nuages que l'on s'appréte à nous vendre sous le drapeau de la gauche unitaire.



Reste qu'il faut définir une voie étroite désormais dans le contexte d'une Europe définitivement libérale, ou Tony Blair s'appréte à faire la pluie et le beau temps sous les rotomandades d'un Villepin qui n'est plus en mesure de n'impressioner personne.

Il va falloir se pencher sur ce que font de mieux nos voisins !

Commenter cet article