Plus on est pauvre, plus celà coute cher de se chauffer !

Publié le par borneo

                Plus on est pauvre plus celà coute cher de se chauffer, c'est le paradoxe. A l'heure ou Nicolas Hulot attire notre attention sur les économies d'énergie, il faut bien constater que celle-çi ne sont à la portée que des bourses les mieux garnis.

                Je visitais un ami et celui-ci me montrait sa facture EDF qu'il ne parvenait pas à honorer. Facture exhorbitante, et automatiquement je lui ai demandé s'il se chauffait à l'électricité. Bien obliger ! Mais dans un logement sans double vitrage, avec des murs sans isolation, fait de parpaing de 15 cm, l'idée même de chauffage semble utopique.

                D'ou l'utilisation de plus en plus systématique du chauffage d'appoint à pétrole dont les seules bidons a prix abordables sont ceux "avec odeur" et gavés de soufre.

                C'est que la réalité s'impose, tout un enssemble de logements ne répondants plus a aucune norme trouvent encore des locataires dans la population pauvre. Et bien évidemment, les propriétaires sont plus enclins à les détruire quà les renover et le font savoir haut et fort.

                La solution me semble t-il serait de permettre aux locataires d'utiliser l'argent des loyers, sous contrôle municipal par exemple, pour pouvoir réaliser les opérations d'isolations nécéssaires.

             Avis aux candidats, le premier qui voudra bien reprendre cette idée aura droit à un super article élogieux et surtout la reconnaissance de millions de mal logés.


Publié dans Politique france

Commenter cet article