Une fondation pour placer sous licence libre des oeuvres indispensables et libérer Denis Robert et Dominique Lorentz de la conspiration du silence

Publié le par borneo

            Lilian Massoulier dans un article publié sur Agoravox nous parlait du sort réservé à Dominique Lorentz, journaliste ayant eu le courage de mener des enquêtes interdites. Accés aux médias restreint, ouvrages confinés à une diffusion confidentielle.
D'autres auteurs comme Denis Robert, qui fut à l'origine de la découverte de l'affaire Clearstream découvrent combien le systéme dispose de moyens pour abattre les voix courageuses.
Guy Birenbaum observait combien il se heurtait à des portes closes quand il s'agissait de faire la promotion d'un auteur maison, Sébastien Fontenelle, critique du nouveau maitre à penser de l'UMP , Je veux parler de Finkielkraut, dans un ouvrage intitulé le penseur couché.

Il me semble que les ouvrages de ses auteurs mériteraient une diffusion massive en guise de rétorsion de l'entreprise d'étouffement dont ils sont les victimes.

Pour celà, il faudrait qu'ils puissent être viralement mis a disposition des citoyens sous une licence libre. Par exemple la licence creative commons

Je sais combien une telle proposition peut paraitre gratuite voire provocatrice en direction d'auteurs et d'éditeurs qui ont un extréme besoin de percevoir leurs droits légitimes pour substister.

Nous pourrions imaginer une solution.

Une fondation qui receuillerait les cotisations des municipalités, des bibliothéques municipales, de citoyens mais aussi d'auteurs à succés qui voudraient marquer leur solidarité, pourraient dédommager ceux des journalistes, enquéteurs, auteurs qui victimes de la censure institutionnelle voient leurs ouvrages confinés à une diffusion forcément restreinte.

Un rachat de droits des ouvrages indispensables, un an aprés leur premiére publication, par la fondation permettraient de sauver de la tombe et du pilon ces contributions courageuses à la démocratie.

Un contrat spécial pourrait être imaginé et proposé aux auteurs leur proposant une forme de mutualisation des droits, une cotisation mutualiste leur permettant de gagner une seconde chance de diffusion sous la forme de la licence creative commons.

Comme d'hab, la démarche de ce blog est qu'une idée constructive finira bien par tomber sous les yeux de quelques visionnaires, disposant aussi de capacité d'action.




Publié dans Culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article