Parlons enfin de bon argent, de fric, de pognon, de placements immobiliers avec Nicolas Sarkosy dans cette campagne électorale

Publié le par borneo

               
        Il était temps de s'intéresser aux choses sérieuses dans cette campagne électorale. Le Fric. Jusqu'à présent depuis Noël les médias nous entretiennent du sort des mal logés, de la tragédie des SDF, du manque de logement HLM, de liste d'attente, de RMI.

Tout décidément tout pour nous faire couler une larme à l'oeuil. Heureusement , Le grand Augustin a du rejoindre un tournage lointain et notre classe moyenne middle-low gagner les champs de neige et ses studios face aux pistes.

Tout donc rentrait dans l'ordre des choses.


             Et paf , soudain sur le paysage médiatique sans que nous ne soyons aucunement préparés à encaiser une si cruelle information nous apprenons que le candidat Nicolas Sarkosy comme nous le révéle le Canard enchainé de ce jour serait parvenu à fort bien négocié l'achat de son appartement de Neuilly auprés d'un promoteur immobilier des Hauts de Seine, fief du sénateur Pasqua.

             A peine, l'annonce de cette publication s'inscrivait-elle sur les prompteurs des agences de presse que la bourse de Paris s'effondrait de quelques 2,4 %. D'aucuns nous certifient que le Krach aurait pour origine la bourse de Shangai, mais nous ne pouvons le croire.

             En effet, la dépêche est tombée juste aprés la clotûre, ce qui réservait aux seuls  initiés  la possibilité  de  prendre leurs précautions. Et pourquoi auraient-ils  pris des précautions selon vous les initiés ?

                Malheureusement, et bien mal à propos le candidat des petits épargnants et des petits propriétaires, a juré que non, il n'avait pas tenté de négocier un prix favorable lors de l'achat de son bien immobilier et que non craché, il n'avait en rien réalisé une plus value juteuse.

            Comment pourrions nous confier les clefs du pays à une cruche pareille se sont aussitôt interrogés nos capitaines de l'industrie et de la Finance ?

                    Un gars incapable de comprendre des notions aussi simple que placement de pére de famille, profitabilité a court ou moyen terme, dégrévement fiscal des intérêts d'emprunts et autres  notions de  l'économie réelle.

                   Un type qui bien qu'ancien ministre des finances et de l'économie aurait négligé pour lui-même l'opportunité d'un petit profit ?

                      Pouvons nous comprendre ce pays qui se débarasse d'un efficace Gaymard pour s'enticher d'une noix pareille ?

                   Heureusement, il nous reste François Bayrou, c'est pas demain la veille que l'on se disputera 223 M2 pour 2 millions d'Euros en Béarn !

                 Quoique, si cette terre devait heberger le futur Président de la République, celà vaudrait bien une Joséphine d'Honneur au candidat du Centre. de la part de ses concitoyens au regard de la spéculation à venir.

                   Sondeurs, surveillez les prix de l'immobilier palois !

               

Publié dans Politique france

Commenter cet article

Louis BAPTISTE 02/03/2007 18:03

On dit souvent la question européenne « enterrée par les candidats » ou on la qualifie de « question annexe » : il n’est rien. En tout cas pas du côté de Nicolas SARKOZY.
 

 
 

Un redémarrage de l’Union Européenne
 

 
 

Pour le Président de l’UMP, il faut « permettre à l'Europe de redémarrer ». Loin de vouloir remettre en cause le vote des Français du 29 mai 2005, mais conscient qu’il n’y a pas de « plan B », Nicolas SARKOZY souhaite faire adopter un traité limité aux questions institutionnelles, pour permettre à l’Union Européenne de fonctionner. Il proposera ainsi la création d’un poste stable de Président de l'Union européenne et d’un poste de ministre des Affaires étrangères européen.
 

 
 

Egalement soucieux de concentrer l'action européenne sur des politiques concrètes, Nicolas SARKOZY veut engager des négociations avec nos partenaires européens sur tous les sujets où nous avons besoin de politiques globales : l’immigration, l’énergie, l’écologie, la politique industrielle ou encore la recherche biomédicale.
 

 
 

En réponse à ceux qui pensent que l’Europe nous freine, Nicolas SARKOZY répond en proposant de permettre aux pays qui veulent avancer plus vite de le faire, en développant des coopérations renforcées.
 

 
 

Parce que l’Europe n’est plus en mesure d’accueillir de nouveaux membres, Nicolas SARKOZY demande que soit stoppée toute nouvelle adhésion tant qu'aucune réforme institutionnelle n'a eu lieu. Il exige également un arrêt des négociations d'adhésion avec
la Turquie
et souhaite les réorienter vers la conclusion d'un partenariat stratégique.
 

 
 

Une Europe plus protectrice
 

 
 

Pour une Europe plus protectrice, Nicolas SARKOZY prône, à l'image de l'espace Schengen sur la circulation des personnes, la création d’un grand espace de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme et de la lutte contre la criminalité organisée. Il consisterait en des échanges de fichiers et de renseignements, des règles pénales communes ou encore la création d’un poste de procureur européen.
 

 
 

Nicolas SARKOZY veut aussi créer une force d'intervention européenne de sécurité civile (« casques verts »).
 

 
 


La France
, plus présente en Europe
 

 
 

Parce que l’Europe ne se fait pas sans les peuples, Nicolas SARKOZY veut renforcer le rôle des représentants des gouvernements nationaux, notamment dans la conduite de la politique monétaire européenne.
 

 
 

Il veut en outre renforcer le rôle du Parlement français dans la conduite de la politique européenne de
la France. Cela
passerait par la création de commissions permanentes au Parlement, par la communication de tout projet d'acte européen et par la mise en place d’un débat au Parlement avant et après chaque Conseil européen.
 

 
 

Nicolas SARKOZY veut par ailleurs garantir le principe de préférence communautaire, pour permettre à nos entreprises de consolider leurs positions avant de se lancer dans la conquête de marchés extérieurs. Il veut modifier la politique européenne de concurrence, pour ne pas empêcher la constitution de champions européens. Il demandera enfin à l'Union européenne de supprimer l'attribution de fonds structurels aux pays qui pratiquent le dumping fiscal ou social.
 

 
 

Impliquer les Français dans l’Europe
 

 
 

Très attaché à la jeunesse, Nicolas SARKOZY veut donner à chaque jeune la possibilité de faire un séjour prolongé dans un pays de l'Union dans le cadre de ses études. Il propose ainsi la généralisation des programmes Erasmus et Leonardo, l’augmentation des bourses de mobilité et le développement des prêts à taux zéro.
 

 
 

De plus, afin d’impliquer davantage les salariés Français dans l’Europe, Nicolas SARKOZY souhaite créer un dispositif européen de participation des salariés aux bénéfices des entreprises européennes. Cette mesure aura par ailleurs un impact positif sur le pouvoir d’achat des Français : une des priorités du candidat de l’UMP.
 

 
 

Nicolas SARKOZY : la bonne voie pour la bonne Europe
 

 
 

Entre une gauche qui prône un élargissement infini de l’UE (au nom de la solidarité) et une extrême droite qui veut « sortir de l’Europe », Nicolas SARKOZY propose une voie équilibrée.
 

 
 

Entre une gauche qui agite sans cesse l’épouvantail d’une Europe qui serait « ultra-libérale » et une extrême droite qui décrit l’Union Européenne comme un carcan qui étrangle
la France
, Nicolas SARKOZY propose de faire de l’Europe un espace de protection accrue et un véritable moteur pour
la France.

 

 
 

Louis BAPTISTE
 


 

http://opinionpolitique.canalblog.com

borneo 06/03/2007 05:54

Louis Baptiste, ce message s'appelle un spam.Si, j'ai bien compris la proposition de votre candidat, il s'agit d'adopter une position de repli sans passer par l'accord des français. Une mini-réforme que l'on ferait passer en catimi une veille de départ en vacances.Et bien, ce n'est en aucun cas ce que je souhaite. Le passage en force est de nature à fragiliser davantage nos institutions et à compromettre plus encore qu'aujourd'hui la position des européens dont je suis.L'Europe ne peut se faire qu'avec l'adhésion des peuples qui la composent et si notre peuple veut éprouver pour un temps l'expérience de la solitude, il faudra bien lui en donner acte.Bien évidemment, je souhaite comme tous les européens convaincus, plus d'Europe et des négociations sur les avancées sociales me semblent essentielles.