Nicolas Sarkosy se fait le chantre des DRM contre la licence globale

Publié le par borneo

Le candidat de la Star Academy et d'universal  entouré de ses sponsors, comme une vedette de Hollywood est apparu devant ses soutiens artistiques. dans un club parisien nous rapporte Libération

        Le plateau était composé par le trés servile ministre de la culture Donnedieu de Favres et Pascal Négre, président d'unniversal.

Libération nous rapporte ses propos:



"Dans le domaine de la culture non plus, Nicolas Sarkozy n'aime pas les «voyous».  «Si je suis élu président, a-t-il promis mercredi soir à Paris devant un parterre de personnalités pas très people , il n'y aura pas de licence globale en France.»

«Je n'accepterai pas le vol organisé sous prétexte de jeunisme, je me battrai pour le respect du droit d'auteur»

Le droit d'auteur, comme il y va, Sarkosy, les milliers de programmeurs qui publient leurs codes sous la licence GPL, les nombreux artistes qui choisissent les licences Creative Commons, avec ou sans restrictions commerciales, ne l'intéréssent pas.

Seuls les Royalties des majors et les profits des monopoles de l'information et de la distraction populaire l'intéréssent. Les Auteurs, ils s'en contre fou, vous l'avez bien compris, d'ailleurs, il l'a avoué, il n'a pas le temps de lire, et encore moins d'écouter de la musique autre que celle produite par DOC GINECO.

«Il faut pour l'industrie du disque un vrai plan de sauvetage, comme ont pu en bénéficier hier l'industrie de la sidérurgie ou celle du textile.»

 Applaudissements particuliers de Pascal Nègre, patron d'Universal Music France. Il y avait aussi Dominique Farrugia, ex-Nul, et la dramaturge Yasmina Reza, qui prépare un livre sur Sarkozy.

Quand Sarkosy évoque la Culture, l'aide à la culture, en dehors du salut aux pipoles et artistes, ce n'est ni aux créateurs, ni aux comédiens, ni aux musiciens qu'il pense, mais aux producteurs de soupe et à leurs profits en péril mais néanmoins bien protégés en Suisse.

Et je vais vous livrer un scoop a vous qui ne savez pas lire :

"L'avenir de la télévision publique a occupé une part importante du discours. «C'est un fait, l'audiovisuel public est actuellement sous-financé. Nous devons trouver des solutions, sans tabous», a lancé le candidat. La solution serait-elle plutôt côté publicité ? «C'est simple : soit on l'interdit, soit on l'autorise comme sur les chaînes privées, à armes égales.»

le pieux mensonge habituel à 15 jours du premier tour :" Nicolas Sarkozy n'est pas favorable à une augmentation de la redevance, nous précise le journaliste" ne doit pas faire illusion.

Transcrit en langage pour les profiteurs, celà donne ceci : j'augmenterai la redevance pour la télévision publique et je lui supprimerais l'accés au marché publicitaire que je vous réserve dans sa totalité mes amis ! "

A ce sujet, puis-je vous proposer de regarder le film (Pas vu pas pris) de Gilles Carles qu'a déniché pour nous Eric Mainville (Salut Eric, oui je passe de temps en temps !) du blog "Crise dans les médias"

Vous y verrez comme Etienne Mougeotte s'inquiétait auprés de François Leotard de devoir partager le gateau publicitaire avec le service public. Et tout  à la fin, au quatriéme épisode, savourez aussi "l'indépendance de Karl Zero" . Tout ça pour ça, Karl ?

Publié dans Nicolas Sarkosy UMP

Commenter cet article