Les approches de type scientologie, propre à Nicolas Sarkosy en écho direct avec le pêché chrétien sont les bases de la compréhension de la gestion technocratique dans le nouvel Etat Global

Publié le par borneo

























Les approches de type scientologie, en ligne directe avec la notion du pêché chrétien sont les bases de la compréhension de la gestion technocratique dans le nouvel Etat Global en devenir

Martin.P, bloger actif (sauce politique) remarquait que: "ll faut reconnaître que le rapport à la réalité, chez les responsables politiques de gauche, s'était technocratisé. La statistique s'est substituée au ressenti de terrain. Ce sont d'ailleurs ceux qui en sont restés à ce stade qui multiplient, dans cette campagne, les noms d'emprunt romains, Spartacus et autres Gracques, pour dériver vers Bayrou. Or le politique ne doit pas laisser les outils de mesure s'instituer en grille de lecture. Le biais technocratique, la succession d'intermédiaires et de transcription techniques peut conduire à des erreurs dans la perception de la réalité. Il s'introduit une distance entre le quotidien vécu et ce qui en est ressenti par le décideur."  (On pardonnera à l'auteur de désigner Bayrou, principal challenger de la candidate de son choix pour la qualification au deuxiéme tour comme objet de sa dénonciation)

Ce n'est pas d'hier que le cadre technocratique s'est affranchi des réalités. Mais un glissement s'est opéré entre l'approche du siécle précédent ou le mépris s'adressait aux masses que le pouvoir n'hésitait pas à punir pour leurs réticences à accomplir l'Histoire dans le sens de l'idéologie et la forme "douce" mais tout aussi dangeureuse de nos contemporains les néos-conservateurs.

Dans le Régime totalitaire l'avénement de l'Homme nouveau impose aux gouvernants la mission, c'est ainsi qu'ils le ressentent d'éduquer les masses et si elles y sont réticences de les fustiger.

Le caractére racial du fascisme, moins présent en définitive qu'il n'est affirmé généralement, est une exception germanique qui de nos jours connait une forme de résurgence "slave" en Russie ou il peut encore sévir et tourner à l'horreur.

        En effet, dans l'U.R.S.S de naguére ou l'Italie Mussolinienne les peuples n'ont pas cette unité ethnique que l'on persévére à présenter comme le fondement du fascisme.

Les peuples ont une Histoire qui a un sens et dont l'aboutissement est l'avénement de la société future ou s'épanouira l' homme nouveau. Le dictateur, l'appareil totalitaire qu'il a batit viennent en permanence rappeler cette profonde exigence. Les formes de punition sont "collectives", l'individu déviant n'étant pris qu'a titre d'exemple d'un complot. Elles s'inscrivent dans cette tradition Chrétienne, mais pas seulement ou les troupes du pape et du roi peuvent faire raser Béziers, ce n'est qu'un exemple hélas parmi beaucoup d'autres, laissant a Dieu le soin de reconnaitre les siens.

L'horreur de la seconde guerre mondiale, l'échec patent des régimes totalitaires à conduit la technocratie à réviser son jugement. C'est l'homme lui-même personnellement qui constitue le grain de sable qui fait vaciller le "PROJET".

Comprenez que sous ce vocable discret que ne renieraient aucun chef d'entreprise ou planificateur d'ETAT se dissimule mal une identique obsession de bâtir une société parfaite ou devra s'épanouir l'Homme nouveau.

On aurait tord d'imaginer un seul instant que cette préoccupation puisse être imputer aux seuls technocrates qualifiés de droite ou de néos-conservateurs. En lisant Michel Onfray ou un polémiste de talent comme Sébastien Fontenelle, on ne peut ignorer combien ils éprouvent le besoin de mettre en cause trés personnellement les individus. Ségoléne Royal est de droite confait Bourdieu.
Certes, prendre en exemple deux combattants de l'Ordre nouveau néo-conservateur peut sembler paradoxal. Mais chacun de nous est immergé dans ce liquide symbiotique, et à n'en pas douter, mes notes en témoignent tout autant. c'est bien celà qu'il faut comprendre.

Nous constatons une synthése en marche entre la notion du Pêché si chére à l'Occident et une forme que l'on pourrait qualifier de progressiste, l'Espoir offert à chaque individu de se réformer en allant fouiller au plus profond de lui-même les déviances qui l'habitent, les raisons de son échec personnel dans la société nouvelle qui se batit.

Si la scientologie propose cette voie, la technocratie se veut aussi tout aussi scientiste qu' elle est économiste. On peut et on doit rechercher Le Géne nuisible ou la mauvaise réplication fauteurs de troubles. Il convient de soigner, même contre le gré de la personne atteinte, et s'il faut se résigner à constater une forme incurable, la séparation du corps sain de la collectivité doit être consentie: le sidatorium peut en câcher bien d'autres tout aussi pernicieux.

A cet égard, on pourra juger comme remarquable la campagne contre le tabac et on pourrait de ce point de vue en écrire tout un ouvrage. Face au PROJET  qui ne peut-être contesté, aussi élaboré scientifiquement qu'il est , l'individu est tenu pour responsable de sa propre inadéquation. Il est en permanence invité à se recycler, à retourner suivre une formation et en cas de résistance sa mise à l'écart ne saurait être contesté.

En adhérant au PROJET, l'individu s'inscrit dans une politique du gagnant-gagnant et comme naguére, on fétait le Héros socialiste, le Vainqueur de la Star Academy ou de la course Paris Cammenbert devient le modéle médiatique de cette réussite par la soumission. La lettre de motivation devient chaque jour plus que le diplôme ou la compétence le sésame d'une carriére.

 Cette souscription au PROJET vaut absolution des errements personnels même commis à l'insu de son plein gré. La seule faute inexcusable est la distance, le libre arbitre que certains s'obstinent à revendiquer.

 La scientologie peut vous aider à y renoncer sans trauma.

Ce qui apparait en jeu ici dans cette campagne politique et nous le devons, qu'il en soit gratifié, à la personnalité du candidat ministre de l'intérieur qui met en lumiére un comportement de toute une classe de cadres qui élabore à notre insu les régles de la société post fasciste mondialisée.

 Cette société néo-fascite dont le succés repose sur la mise en oeuvre des technologies avancées d'encadrement et de conformisation de l'individu.

Encore une fois, nous sommes loin des guignols au pas de l'oie défilant au son Wagnérien. Mais ce n'en est que plus terrifiant.

L'indifférence à la disparition et la réduction des espéces qu'entrainent la sélection génétique: seules substistent la petite dizaine de variétés sur lesquels travaillent les multi nationales, l'autorisation de la commercialisation des viandes des animaux issus du clônage, acquise cette année aux Etats-Unis, nous démontrent combien, contrairement à nos marxistes en naphataline qui persistent à n'y voir que le jeu capitaliste, c'est bien une idéologie totalitaire qui est en mouvement.

 la seule qui séduise de toutes éternités la technostructure de l'Etat nouveau, celui étant devenu global.
 
 Liberté et diversité sont désormais des mots d'ordre révolutionnaires. 

 

Publié dans Politique france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article