La gauche misérabiliste est morte cette semaine

Publié le par borneo

            Derriére le débat vraiment à gauche de Mélanchon ou social-démocrate de Ségoléne Royal, il en est un autre que je formulais sous forme de boutade.

            La gauche misérabiliste ne fait plus recette. C'était d'ailleurs une grande revendication des animateurs des banlieues : cessez de nous présenter comme une zone sinistrée en besoin d'assistance permanente: nous avons ici autant de projet personnel que partout ailleurs

             La limite du discours de la candidate serait d'apparaitre comme une sorte de super assistante sociale. Ce serait un projet auto destructeur. La gauche misérabiliste est morte.

             Aucun d'entre nous, même lorsque il doit affronter des temps difficiles ne peut se définir par une période d'échec. Il s'investit dans un projet et c'est à partir de là qu'il se construit et s'éstime.

             C'est l'apport de François Bayrou au projet de la gauche. La société doit assurer des services collectifs, établir les garde fous, mais c'est bien les citoyens qui batissent eux-mêmes à partir de leurs expériences, de leurs entreprises le monde de demain.

             Le projet présidentiel n'est pas le projet de notre vie, il ne l'encadre même pas, son rôle est d'assurer un environnement juste.

             A chacun effectivement de batir son propre destin, c'est le message de liberté qu'il s'agit de ne pas occulter.



Commenter cet article