Le parti socialiste insiste pour nous envoyer à la plage le 6 Mai sans passer par le chalet électoral

Publié le par borneo

            Voici l'article du Monde qui nous fait penser que Nicolas Sarkosy n'a pas à s'inquiéter: déjà dés le dimanche du premier tour les éléphants avaient entamés l'opération suicide en direct.

Il semble qu'ils persistent dans cette voie.

Tour à tour, Daniel Vaillant, Harlem Désir, Jean Glavany ou Claude Bartolone – pourtant membre de l'équipe de campagne de Mme Royal – ont fait part de leurs réticences et de leur colère que le parti n'ait pas été consulté sur la démarche empruntée par la candidate et sa garde rapprochée constituée par François Rebsamen et Julien Dray. "Le processus de rapprochement avec l'UDF est dangereux, estime le député européen Benoît Hamon, qui a participé à la réunion. Bayrou construit son parti pour nous tuer." François Hollande, lui-même, a posé des limites à la politique d'ouverture de Mme Royal. "Faut-il dialoguer avec lui? Pas dans n'importe quelle condition, il n'est pas au second tour et Ségolène Royal a raison de dire qu'on n'engage pas une négociation", explique au Monde le premier secrétaire du PS. "Ce n'est pas une bonne présentation, ajoute-t-il, de dire qu'il y aura des ministres UDF puisque cela ne peut se faire que si Bayrou rejoint le pacte présidentiel de Ségolène Royal, il ne s'agit donc pas d'un renversement d'alliance." Pour M. Hollande, si "l'affaire a été plutôt bien gérée, l'erreur serait de prolonger", désormais, les discussions avec l'UDF. "Il faut respecter la liberté de la candidate et la responsabilité du parti", dit-il. Si la première doit rassembler, le second entend bien jouer son rôle de gardien des dogmes, à propos desquels Mme Royal ne cesse de dire qu'elle s'en affranchit… Sa méthode, qui contourne toujours le PS, suscite la colère d'une partie des élus. Pour sa part M. Hollande n'a guère apprécié la présence du député européen (Verts), Daniel Cohn-Bendit, promu orateur lors du meeting de Mme Royal à Montpellier, mardi soir. Une initiative dont les Verts n'ont d'ailleurs pas manqué de se plaindre auprès du premier secrétaire.

La question est pourtant toute simple, le 3eme tour, les législatives  déterminera  en cas de victoire  de la candidate l'orientation choisie par les électeurs, puisque un candidat socialiste affrontera partout au premier tour un candidat démocrate.

Cependant, autant le dire, la désastreuse prestation du soir du premier tour laissera des traces. Il y a des bulletins blancs "socialiste" qui auront été conquis de haute lutte ce soir là et tout le courage et la détermination de la candidate n'y feront rien : peut-elle noyer les éléphants ? ils sont insubmersibles. !

Au cours de l'émission de TF1, la candidate a confirmer sa détermination de débattre avec françois bayrou et celà nous améne à l'article suivant intitulé la défiance en hommage à Guy Birenbaum.

Commenter cet article