Chiche, Faisons du 1 Mai une grande fête des travailleurs et poetes qui ont forgés l'identité française !

Publié le par borneo























Chiche, Faisons du 1 Mai une grande fête des travailleurs et poetes qui ont forgés l'identité française !

Nicolas Sarkosy et la majorité néo-conservatrice qu'il a méthodiquement su rassemblé autour de sa candidature à la maniére du Président Bush, de José Aznar ou de Silvio Berlusconi, je vous épargne les fréres horribles de Pologne qui ont cocufiés les libéraux, soit dit au passage pour les députés débauchés de l'UDF, plaident pour le rejet de toute contrition au regard du passé colonial de la France.
Nous aurions apportés aux peuples de la Terre que nous avions soumis les bienfaits de la civilistion occidentale et chrétienne. Les bavures inévitables ne sauraient masquer l'apport immense que nous avons consentis en partageant avec d'autres nos valeurs. Sans réciprocité ?

Fort bien. Acceptons pour démonstration cette proposition.
Notre pays, notre peuple aurait-il été incapable de receuillir un peu, un chouïa, un tantinet, un rien du génie des peuples qu'il croisat au cours de son histoire. D'indochine, il ne resterait rien dans l'identité française ? du Liban ? Le mahgreb : Maroc, Algérie, Tunisie n'auraient en rien façonnés notre être, et nous n'aurions gardé de cette confrontation des cultures que la polémique du raisin sec dans le couscous ?
L'Afrique, la grande Afrique du Dahomey, du Bénin, cette Afrique naguére Occidentale ou équatoriale ne nous aurait laissée pour tout héritage qu'un quarteron de vieux coloniaux confits au Scotch Wishky de contrebande ?

N'aurions nous pas un peu de Tennesee en nous ?

Ces esclaves, embarqués par l'ile de Gorée vers les plantations de canne des antilles et de Louisiane n'auraient pas réussi à inculquer quelques notions d'humanité à leurs maîtres ?

Sans doute serait-il temps effectivement à l'occasion du premier Mai de saluer tous les travailleurs, qu'ils fussent serfs, esclaves, proscrits et convicts, peuples libres administrés au même titre que les fonctionnaires certes et les missionnaires évidemment, et les instituteurs, les intellectuels, les soldats de l'Empire que l'on nous commande de respecter dans l'oubli des richesses spirituelles que ces peuples leurs transmirent et à nous leurs descendants.

Que vous le vouliez ou non, notre identité française est bien plus riche qu'un clocher de campagne vendéenne ne saurait l'évoquer.

Drapeau rouge ! Drapeau Arc en ciel, drapeau tricolore, s'il vous plait oui saluons ! Mais peut-être devrions nous au premier rang les mélanger avec les drapeaux oubliés de nos colonies et les etandards des nations ayant conquis leurs indépendances sans nous oublier

Chiche ?

 

Publié dans Politique france

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article