Ecologie : les américains n'envisagent pas de ramasser leurs poubelles en quittant l'Irak.

Publié le par borneo

Certes avec les bilans quotidiens des morts en Irak, Afghanistan, Somalie, il apparaît un peu utopique de se préoccuper d'écologie militaire.

Mother Jones se pose la question de savoir comment sortir d'Irak pour les américains out how, par opposition au out now des pacifistes. La plupart de ceux-ci refusent d'ailleurs de prendre en compte la question. On fout le camp au plus vite  est le seul mot d'ordre.

Le journal quant à lui, se pose la question du départ des troupes et quel scénario le moins terrifiant  peut-être envisagé dans un pays qui semble plonger dans la guerre civile et se trouve désormais aussi sous la menace turque.

S'agissant de comptabiliser les morts potentiels on comprend aisément que le journal ne se pose pas la question écologique. Pourtant, les bombardements américains au Viet-nam continuent à tuer quelques 40 ans après. Le Napalm, les bombes non explosées, les déchets divers abandonnés et disséminés par une armée en déroute n'ont rien de très écolos.

De ce point de vue, s'agissant du rapatriement de tout ce matériel d'Irak, les divers responsables développent le même point de vue : On leur fait cadeau de toute cette merde !

D'abord, les fournisseurs de l'armée se feront un plaisir de facturer aux contribuables américains du matériel neuf.

Mais toute préoccupation écologique n'est pas absente dans les réponses qui sont fournies. le Général en charge de la logistique souligne en effet qu'il faut  bien évidemment nettoyer, stériliser le matériel qui serait rapatrié de peur d'importer quelques virus ou épidémies, une variété terrible de moustiques  ou de petites bêtes locales qui pourraient se révéler invasive at Home.

Inspect your gadgets: "I think it'll take at least 12 to 18 months to do this. Getting out of Iraq is not the issue; getting out of the theater of operation is. You can drive out of Iraq and nobody's going to inspect you or anything. But once you get in Kuwait, every piece of equipment, every container, every generator has to be scrubbed and washed and inspected by the Agriculture Department so that we do not bring any hidden diseases back to the United States. Desert sand becomes hardened mud like cement. And all that's got to be sprayed down or they won't allow it on ships to get it home." —Lt. General William Pagonis, Gulf War logistics chief


Vous voyez même s'ils n'ont pas signé Kyoto, nos amis US ont quelques notions du principe de précaution: pour eux mêmes ! Prenez en de la graine Attali !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article