Le parlement europeen adopte la Constitution une deuxiéme fois !

Publié le par borneo

Grande Victoire de la Constitution Européenne au Parlement.

Le vote du parlement européen sur la poursuite du processus d'adoption de la Constitution européenne a entériné un fait d'évidence. Seuls les pays qui ont rejeté cette constitution ont un probléme. Pas l'Europe. Ce sont nos gouvernants et plus particuliérement les socialistes qui sont le dos au mur. La Constitution n'a pas besoin de plan B. Elle entrera en vigueur selon toute probabilité en 2009 pour ceux des peuples qui l'ont approuvées.

La fiction que 4,6% des européens (54% des 9% que représente notre pays dans le traité de Nice) puissent avoir porter le coup de grâce à la démocratie européenne a vécu.

Certes la france ou les Pays-bas disposent des moyens juridiques de s'opposer à sa mise en application. Mais bonjour l'ambiance. Les pays constitutionalistes pourraient répliquer en boycotant nos diplomates ou en refusant de siégier à nos côtés. Le Parlement pourrait décider d'abondonner définitivement Strasbourg. L'euro pourrait se transformer en Euromark sans la France, ouvrant la voie au retour du Franc dévalué chouchou de notre Chevénement national.

Une position sans avenir.

Le PLAN que, suite à la motion de synthése consentie au Scapin Fabius, mr Strauss Kahn s'efforce d'inventer ne peut consister en une nouvelle mouture constitutionnelle qui n'aurait pas plus de chance d'être adoptée à l'unanimité que la précédente. Le Plan de rechange, il faut être clair la dessus ne consiste qu'à déterminer le statut particulier d'une France EN RETRAIT.

Eliminons le plan B comme Bové. Il faudrait que ce dernier gagne la présidentielle, hypothése non fantaisiste mais encore improbable. La France appartenant au continent alter mondialiste n'a plus besoin de siéger dans des institutions bassement et formellement démocratiques et nos représentants vont sauter en coeur dans les stades de la planéte aux côtés de Castro, Maradona et Chavez.

Reste le Plan A comme ALE (association pour le libre échange). On décide de réactiver cette défunte institution ou se regrouperaient les réfractaires à la construction européenne : Grande Bretagne, Pays-Bas, Suisse, France. Ces pays négocieraient leur participation à la carte aux décisions de l'Europe. Les députés de ces nations feraient l'aller retour entre la salle des pas perdus lors des questions ayant traits à des problémes de compétence constitutionelle et rejoindraient leurs collegues en séance pour les questions entrant dans le cadre du traité de Nice.

Le Plan C comme confédération Helvétique ou comme Cocu, c'est selon l'angle ou on l'apprécie. Sans avoir de députés aux parlement ni de représentants au Conseil des ministres, nous appliquerions l'essentiel des décisions prises en notre abscence pour pouvoir continuer à accéder au marché unique.

Le plan D comme Ducon. Il s'agit de rédiger des avenants sympathiques permettant de sauver l'orgueil national des pays réfractaires. Avenant N°1 : la Reine d'Angleterre est proclamée souveraine Européenne pour les peuples qui le veulent bien. Avenant N°2 La reine des pays-Bas est proclamé souveraine européenne pour les peuples qui le veulent bien. Avenant N°3 José Bové, Lolo Fabius et Olive B sont proclamés leaders charismatiques européens pour les peuples qui le veulent bien.

Le Plan F comme Front national. Dans l'hypothése ou le second tour verrait s'affronter le Scapin et le leader du Front national, il n'est pas exclu qu'une victoire de ce dernier améne notre pays à adhérer à une "AUTRE EUROPE". Celle-ci réunirait la Serbie, La Padanie et la France dans une nouvelle alliance ouverte à la Syrie et à l'Iran.

Le plan G comme "Gaston, il y le téléphone qui son".  Ce peut-être la Chance de Villepin ou de Sarkosy dans un deuxiéme tour gauche-droite traditionnel. Un candidat ouvertement européen qui s'engage à faire adopter la Constitution dans l'hypothése de son élection. Le candidat socialiste prisonnier de ses promesses à la vrai gauche n'ayant à proposer qu'un des fumeux plans précédents.

En cas d'échec, Resterait à distribuer nos 4% de représentativité perdue (la différence entre les 13% que nous accordait la Constitution et les 9% du traité de Nice). On pourrait jouer la dessus pour entretenir la zizanie chez nos partenaires.


L'information provient de libération
 

Le Parlement européen refuse d'enterrer le traité constitutionnel. Pour les eurodéputés, ce texte est encore l'avenir de l'Union et ils l'ont affirmé hier haut et fort, au risque de crisper les citoyens français et néerlandais qui l'ont rejeté par référendum les 29 mai et 1er juin derniers. Par 385 voix contre 125 et 51 abstentions, ils estiment, dans un rapport organisant le débat qui doit avoir lieu durant la pause décrétée par les Vingt-Cinq en juin 2005, que «le maintien du texte actuel constituerait un résultat positif de [cette] période de réflexion». Mieux, ils préconisent que la Constitution entre en vigueur «en 2009».
 Tous les amendements proposant de renégocier ce texte ont été massivement rejetés. Ainsi, celui suggérant une «amélioration» de la Constitution a été rejeté par 416 voix contre 147.

et de Yahoo news
 
 
     jeudi 19 janvier 2006, 18h24
Le Parlement de Strasbourg adopte un plan de sauvetage de la Constitution européenne

STRASBOURG (AP) - Les députés européens appellent à la mise en place d'une Constitution européenne d'ici 2009. Le Parlement de Strasbourg a adopté jeudi par 385 voix contre 125, avec 51 abstentions, un rapport parlementaire qui propose de prolonger jusqu'à fin 2007 la période de réflexion décidée après le "non" français et néerlandais.

Les députés soulignent par ailleurs, qu'aucun autre élargissement, après l'adhésion de la Roumanie et la Bulgarie, ne pourra être réalisé sans une nouvelle base constitutionnelle pour l'UE.

Co-auteur du rapport, Andrew Duff, un député britannique démocrate-libéral, a estimé que le Parlement européen avait par ce vote relancé le processus pour obtenir un réglement satisfaisant de la question.

"L'UE a désespérément besoin de sa Constitution si elle veut être à la hauteur du défi de la mondialisation, jouer son rôle dans les affaires mondiales et répondre plus efficacement aux besoins sociaux de l'Europe", a-t-il expliqué.

Le projet de Constitution est pour l'heure dans l'impasse après le rejet du texte l'an dernier lors des référendum organisés en France et aux Pays-Bas. AP

Commenter cet article

philippe 06/02/2006 23:42

je n'avais pas vu ta réponse à ce commentaire... merci beaucoup. Bientot un lien vers toi chez nous!Philippe de Nouvelleurope

borneo 24/01/2006 12:15

Trés bon article que je ne peux que recommander à tous. La Googlisation du blog de "la nouvelle europe" constitue par ailleurs une excellente nouvelle.amitiés

philippe 24/01/2006 08:46

c'est une bonne nouvelle ce réveil du Parlement Européen: son action multiforme de ces derniers mois donnera envie aux gens de voter espéronshttp://lanouvelleurope.blogspirit.com/archive/2006/01/23/constitution-le-parlement-ne-fait-pas-l-autruche.htmlA bientotPhilippe

gentle13 20/01/2006 20:44

oups excuse  moi pour cette grossière erreur, et merci de me l'avoir signalé.
Merci pour ta visite sur mon blog.
Amicalement
Paul

christian 20/01/2006 17:03

je suis contre l'Europe.