La victoire de la gauche aux municipales risque d'être sans lendemain

Publié le par borneo

Si  monsieur Delanoé  est  reconduit maire de  Paris, son refus de l'ouverture  aura  permit a Jean Tiberi  de sauver son siége.  Dans ma commune,  la gauche arrivée  en troisiéme  position  derriére  une  liste UMP et  une liste divers gauche aura refusé  l'accord de deuxiéme  tour  permettant  l'élection  du candidat de la majorité en ayant figé 15 % de l'électorat d'opposition.


Ces  résultats  sans nul doute  montrent que l'avenir n'est pas aussi  rose  que les titres  des  journaux semblent  l'annoncer.

En effet, a  l'issu  du congrés  du  PS ou deux lignes  vont s'affronter,  la situation  décrite  içi  sera sans  doute  la régle.  Si  Ségoléne Royal   l'emporte,  une frange importante  de ce parti  devrait  rejoindre une formation plus radicale qui refuse toute alliance  "à droite".

Si c'est au contraire la tendance qu'incarne  Delanoé qui obtient la majorité de ce parti, celà se fera sur le refus de tout compromis vers le centre.

Au final, la gauche se prépare à demeurer une force de contestation de la droite plus qu'une alternative de gouvernement. 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

borneo 18/03/2008 04:27

Bonjour Robert,L'étiquette de "gauche", n'est pas toujours un label de qualité. Exemple, si on confie à Claude Allégre la gestion du développement durable et la question du réchauffement climatique, il faut s'attendre à quelques déconvenues. Je préfére franchement solliciter la collaboration de Corine Lepage.Autre exemple, les intégristes de la "vrai gauche" qui choisissent de se maintenir contre la gauche bobo ou "américaine" avec la certitude de faire passer un candidat de droite dont le programme se résume à "le moins d'impôts possible". Ce ne sont pas eux qui attendront 6 ans de plus la construction de logements sociaux.  La plupart, cadres fonctionnaires peuvent se payer sans frais le luxe de la pureté doctrinale !

Robert 17/03/2008 11:42

Je déplore moi aussi la course à la présidence du PS.Mais que ce soit Royal, Delanoé(ou d'autres qui peuvent encore sortir du bois), ils ne sont pas tenus de présenter maintenant une alternative de gouvernement. Tout comme Sarkozy, ils ont quatre ans. Cela me paraît suffisant pour élaborer un projet.Ma sensibilité de gauche ne me pousse pas naturellement vers le PS, mais, à défaut et en attendant mieux, je suis sûr au moins qu'il ne fera pas plus mal que ce que nous avons actuellement, bien au contraireRobertRobert